test
Home Accueil BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 1 au 7 avril ?

BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 1 au 7 avril ?

Date de publication : 08/04/2024
0

 

Gavroche a sélectionné pour vous quelques nouvelles saillantes en Birmanie durant cette semaine écoulée. Un survol de l’actualité indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à ce pays d’Asie du Sud-Est.

 

Politique, Diplomatie

 

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a annoncé vendredi 5 avril la nomination de l’ancienne ministre des Affaires étrangères australienne, Julie Bishop, au poste d’émissaire pour la Birmanie. Cette nomination intervient après le départ de la diplomate singapourienne Noeleen Heyzer en juin 2023. Madame Bishop aura pour mission de collaborer avec l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est et toutes les parties prenantes afin de progresser vers une solution politique à la crise en Birmanie, a déclaré Khaled Khiari, secrétaire général adjoint de l’ONU. Depuis le coup d’État de 2021, les Nations unies ont mis en lumière les problèmes croissants de famine, de déplacements massifs et d’insécurité en Birmanie. Environ 2,8 millions de personnes ont été déplacées dans le pays, dont 90 % depuis l’arrivée de la junte au pouvoir en 2021, un chiffre qui continue d’augmenter avec l’intensification des conflits depuis octobre dernier. L’insécurité alimentaire affecte quant à elle environ 12,9 millions de personnes, soit près d’un quart de la population birmane, selon les estimations de l’ONU.

 

Le régime militaire birman cherche à apaiser les inquiétudes des autorités chinoises concernant sa capacité à assurer la sécurité de la frontière et du pays, suite aux récentes attaques de l’Armée Arakan (AA) à proximité d’un projet d’infrastructure crucial financé par la Chine. L’AA, qui revendique le contrôle de l’État Rakhine, a menacé la poursuite du projet et invité les investisseurs étrangers à collaborer avec eux. En réponse, le régime a entamé des pourparlers avec un envoyé chinois pour discuter à la fois de la paix avec les groupes armés ethniques et de la coopération économique. Le projet phare de coopération économique entre la Birmanie et la Chine, un port en eau profonde et une zone économique spéciale d’une valeur de 8 milliards de dollars américains situé dans l’État de Rakhine, est sérieusement compromis. L’Armée Arakan (AA), en conflit armé avec le régime militaire birman, a récemment encerclé le site et pris le contrôle d’une ville voisine. Considérant qu’elle est le gouvernement légitime de l’État Rakhine, l’AA a même appelé directement les investisseurs étrangers à collaborer avec eux pour garantir la continuité du projet.

 

Le général Aung Lin Tun, vice-ministre de la Défense birmane, est soupçonné d’être impliqué dans des escroqueries en ligne à la frontière chinoise. Il aurait utilisé son poste antérieur pour octroyer frauduleusement des contrats militaires à des individus impliqués dans des escroqueries, et aurait également été impliqué dans des activités de blanchiment d’argent. Face à la pression exercée par la Chine, qui subit également les conséquences de ces pratiques frauduleuses, la junte a ouvert une enquête sur cette affaire.

 

La Russie s’est positionnée comme un allié crucial pour le régime militaire birman en difficulté. Depuis le coup d’État de 2021, la Russie a constamment apporté son soutien à la junte sur la scène internationale, usant de son droit de veto à l’ONU et lui offrant un soutien diplomatique solide. Cette coopération va bien au-delà des paroles, la Russie étant devenue le principal fournisseur d’armes du régime et ayant même participé à des projets nucléaires. L’alliance entre la Russie et la Birmanie est manifeste dans la prochaine célébration conjointe du festival Thingyan en Birmanie. La présence de la Russie, avec son propre pavillon festif, renforce les efforts de la junte pour présenter une image de stabilité malgré la résistance persistante.

 

L’ambassadeur de Chine en Birmanie, Chen Hai, a récemment effectué des visites auprès de figures clés de la politique birmane, dont l’ancien dictateur Than Shwe, son ancien adjoint Maung Aye et l’ancien président, le général Thein Sein, comme l’a indiqué un communiqué de l’ambassade de Chine publié le 5 avril sur WeChat. Au cours de ces réunions, M. Chen a souligné l’engagement continu de la Chine en faveur de la paix, de la stabilité, de la réconciliation, du développement économique et de l’amélioration des conditions de vie du peuple birman, selon le communiqué. Bien que formellement retiré de la vie politique depuis sa retraite début 2011, Than Shwe reçoit régulièrement la visite de responsables chinois. En effet, le directeur général du département des liaisons internationales du Parti communiste chinois, Peng Xiubin, avait rencontré Than Shwe et l’ancien président Thein Sein lors de sa visite de quatre jours en Birmanie, du 16 au 19 avril de l’année dernière.

 

Le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a approuvé jeudi un consensus appelant à interdire la vente de carburéacteur à la Birmanie si elle risque d’être utilisée par l’armée pour violer les droits de l’homme, en demandant également un embargo sur les armes à Naypyidaw. Cette mesure vise à stopper la chaîne d’approvisionnement qui alimente les frappes aériennes ciblant des civils dans tout le pays, avec 588 attaques documentées par l’Armed Conflict Location & Event Data Project (ACLED) entre novembre 2023 et le 8 mars.

 

Économie

 

Pour l’exercice fiscal 2024-25, le gouvernement militaire a adopté la loi sur la planification nationale, établissant ainsi les objectifs de croissance pour les 12 prochains mois. Selon les projections officielles, le PIB devrait augmenter de 3,8%, avec une impulsion notable provenant du développement des industries forestières (9,9%) et extractives (9,8%), du secteur des communications (7,3%), des transports (6,6%), et de l’électricité (6,3%). En revanche, une légère contraction de 6,5% est prévue dans le secteur de l’énergie. La loi vise également un excédent commercial modeste de 400 millions de dollars US, avec des exportations estimées à 16,7 milliards de dollars US et des importations à 16,3 milliards de dollars US. Par ailleurs, les investissements publics devraient atteindre 3,6 milliards de dollars US.

 

En mars 2024, l’indice PMI de S&P Global a atteint 48,3, contre 46,7 le mois précédent. Bien qu’il reste en dessous de 50, marquant ainsi le sixième mois consécutif de contraction de l’activité manufacturière, cette baisse est la plus modérée depuis octobre dernier. La production a continué de diminuer, exacerbée par des pannes d’électricité plus fréquentes et une pénurie de matériaux qui a perturbé les chaînes d’approvisionnement. En conséquence, la baisse de l’emploi s’est accélérée et les retards de paiement des salaires se sont accumulés. Les prix des intrants et des produits finis ont également augmenté, sous l’effet de la hausse des coûts de transport et de matériaux, ainsi que de la dépréciation de la monnaie locale. Parallèlement, le climat des affaires a atteint son niveau le plus bas depuis le début de l’enquête en décembre 2015, en raison de l’aggravation des conflits, des coupures d’électricité et des pénuries de matériaux et de main-d’œuvre entravant la production.

 

Le géant américain des services pétroliers Schlumberger fait l’objet d’accusations concernant la fourniture de matériel à Myanma Oil and Gas Enterprise (MOGE), l’entreprise qui finance la junte birmane, en violation des sanctions américaines imposées à MOGE. Ces sanctions, instaurées en octobre 2023 par les États-Unis, ont pour objectif de priver la junte de ses ressources financières utilisées pour perpétrer des violences contre les civils. Cependant, le groupe militant Justice For Myanmar (JFM) affirme que la filiale vietnamienne de Schlumberger a expédié du matériel de forage laser pour des puits de pétrole à MOGE en juin et en novembre 2023. JFM soutient que ces transactions contribuent directement aux atrocités de la junte et appelle Schlumberger à mettre fin à toute activité commerciale avec MOGE. En tant qu’acteur majeur de l’industrie pétrolière mondiale, Schlumberger possède toujours une succursale en Birmanie, suscitant ainsi des préoccupations quant à son engagement en faveur de pratiques éthiques.

 

Société/Répression/Conflit

 

Les forces de résistance ont mené une attaque par drone contre le centre du pouvoir du régime militaire à Naypyidaw. Jeudi 4 avril au matin, 28 drones artisanaux ont ciblé la résidence du chef de la junte, Min Aung Hlaing, le quartier général de l’armée ainsi qu’une importante base aérienne. Cette attaque marque un acte d’une grande audace contre le noyau du pouvoir depuis le coup d’État de 2021. Malgré les rapports faisant état de blessés et de la fermeture temporaire de l’aéroport international de Naypyitaw, le porte-parole de la junte, le major-général Zaw Min Tun, a tenté de minimiser l’impact de l’attaque. Dans une interview avec la BBC, il a souligné que même des pays comme la Russie et le Moyen-Orient ne peuvent pas empêcher les drones d’entrer dans leur espace aérien, insistant sur l’importance de pouvoir les neutraliser. Les médias sous contrôle de la junte ont affirmé que leurs défenses aériennes ont réussi à abattre les drones.

 

La 7e édition du Salon de l’éducation en Thaïlande a été un succès retentissant, attirant un nombre record de participants. Organisé dimanche à l’hôtel Sedona sur Kabar Aye Pagoda Road, dans le canton de Yankin, cet événement a rassemblé plus de 30 universités et instituts de premier plan de Thaïlande, offrant aux étudiants birmans une occasion unique de découvrir les possibilités d’études supérieures dans ce pays voisin. Avec la participation de plus de 3 600 étudiants, soit cinq fois plus que l’année précédente, l’engouement pour l’éducation thaïlandaise parmi les familles birmanes semble croître, un phénomène potentiellement lié aux bouleversements politiques récents et à la recherche de meilleures opportunités d’études à l’étranger.

 

Le régime militaire a annoncé que ses systèmes de défense aérienne ont intercepté et abattu treize drones jeudi, près de l’aéroport de Naypyidaw et dans la municipalité de Zeyathiri. Le ministère de la Défense du Gouvernement d’unité nationale (NUG) a confirmé que les Forces de défense du peuple (PDF) avaient mené des attaques de drones contre le quartier général de l’armée et la base aérienne d’Aye Lar le 4 avril.

 

Le groupe rebelle de l’Armée pour l’indépendance Kachin (KIA) a annoncé l’arrestation de 11 membres de l’armée birmane, y compris un commandant tactique, suite à la prise vendredi de l’avant-poste stratégique de Sinlum. Des affrontements ont conduit à la mort de plusieurs soldats du côté de l’armée birmane, avec une estimation d’environ 30 tués selon une source de la KIA. L’avant-poste, d’une importance stratégique, se trouve à Lwegel, dans le canton de Momauk, à la frontière sino-birmane, et a été capturé par la KIA le 1er avril.

 

Vendredi, une explosion survenue au bureau de l’immigration de la municipalité de Pyigyitagon a coûté la vie à deux civils, tandis que sept autres ont été blessés. Les victimes, âgées d’une vingtaine d’années, étaient présentes pour demander une carte nationale d’identité. Des membres du personnel ont également été blessés et sont actuellement soignés dans un hôpital militaire, selon un résident local.

 

Vendredi, des responsables du régime, dont le ministre des Transports et des Communications Mya Tun Oo, ont été ciblés par une attaque de drone dans le village de Kawparan, situé dans le canton de Mudon. Selon un responsable de l’Organisation de défense nationale Karen (KNDO), cette attaque a été menée en réponse à la visite des fonctionnaires sur le chantier de construction d’un nouvel aéroport. Le KNDO a déclaré : « Nous avons été informés de la présence des responsables du régime, y compris du chef du commandement du Sud-Est. C’est notre réponse à la destruction du village de Dhammasa par le régime ». En 2022, le régime a entamé la construction d’un aéroport international et d’un terminal portuaire dans le village de Kawparan.

 

L’Union nationale Karen (KNU) a rapporté que plus de 600 militaires, incluant 140 membres de leurs familles, se sont rendus après que les forces dirigées par l’Armée de libération nationale Karen (KNLA) ont pris le contrôle d’un avant-poste militaire relevant du quartier général du commandement de l’Est à Thingannyinaung, situé dans le canton de Myawaddy, vendredi dernier. En représailles, l’armée a lancé des frappes aériennes et des tirs d’artillerie, causant la mort de cinq membres de la KNLA et de 50 militaires, et blessant 40 autres. « Il y a eu trois séries de frappes aériennes ce jour-là. Un chasseur à réaction a également largué deux bombes de 500 livres », a rapporté Saw Neh Da Htoo, commandant tactique de la brigade 6 de la KNU. En plus de la prise de contrôle de l’avant-poste, la KNU a également annoncé la saisie de nombreuses armes et munitions. Par ailleurs, les télécommunications dans le canton de Myawaddy sont tombées en panne samedi. Les combats se poursuivent dans le canton de Kawkareik, situé à 30 km de Thingannyinaung, alors que le KNLA tente de reprendre le contrôle de la zone aux militaires

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus