Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 24 au 30 janvier

BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 24 au 30 janvier

Journaliste : Rédaction Date de publication : 31/01/2022
0

Rue Rangoun Birmanie

 

Gavroche a sélectionné pour vous quelques nouvelles saillantes en Birmanie durant cette semaine écoulée. Un survol de l’actualité indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à ce pays d’Asie du Sud-Est.

 

COVID

 

Le nombre d’infections par le virus Covid-19 est passé à 535 080 le 29 janvier en Birmanie, selon un communiqué du ministère de la Santé. Le communiqué indique que 172 nouveaux cas confirmés ont été signalés, avec un taux de positivité quotidien de 1,96 % au cours des dernières 24 heures ;

 

Selon les chiffres du ministère samedi 29 janvier, le nombre total de décès s’élève à 19 310, aucun décès quotidien dû au Covid-19 n’ayant été signalé depuis six jours consécutifs ;

 

201 autres patients sont sortis des hôpitaux, ce qui porte le nombre de guérisons à 513 101 et plus de 6,33 millions d’échantillons ont été testés pour la Covid-19 depuis le début de la pandémie.

 

Politique

 

Depuis qu’il a été contraint de quitter ses fonctions de chef de l’armée de l’air le 10 janvier, le général Maung Maung Kyaw n’est plus apparu en public ;

 

Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, a déclaré que le conseiller Derek Chollet “a réaffirmé le ferme engagement des États-Unis envers le peuple birman et la restauration rapide du chemin du pays vers la démocratie” ;

 

Le 1er février 2021, le putsch des militaires renversait le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi trois mois après un nouveau raz-de-marée électoral. Un an plus tard, le pays s’enfonce dans la violence doublée d’un naufrage économique sans fin. Les géants pétroliers Total et Chevron, actionnaires majoritaires et opérateur du principal champ gazier birman de Yadana, ont méticuleusement coordonné l’annonce simultanée de leur départ irrévocable le 21 janvier. Le signal d’un sauve-qui-peut général, tant parmi les rares expatriés occidentaux encore présents, qu’au sein des milieux économiques birmans.

 

Économie

 

L’économie et la population birmane continuent d’être mises à rude épreuve par les conséquences du coup d’État militaire et la recrudescence des cas de COVID-19 en 2021. Après une contraction attendue de 18 % de l’économie au cours de l’année se terminant en septembre 2021, le Myanmar Economic Monitor de la Banque mondiale, publié le 26 janvier, prévoit une croissance de 1 % pour l’année 2022 ;

 

Les Nations Unies estiment que quelque 1,6 million d’emplois ont été détruits en Birmanie en 2021, le coup d’État militaire ayant exacerbé l’impact de la pandémie de Covid-19 ;

 

Les défis politiques, socio-économiques et pandémiques de 2021 ont fait payer un tribut considérable aux travailleurs et aux entreprises des secteurs clés qui font tourner l’économie. L’agriculture, qui représentait la moitié de l’emploi total (environ 10 millions) à la fin de 2020, a été fortement touchée par la baisse des revenus, la réduction des exportations, la hausse des prix des intrants, l’accès limité au crédit et les inondations dues à la mousson ;

 

Les secteurs de la construction, de l’habillement et du tourisme-hôtellerie ont également été parmi les plus durement touchés en 2021, avec des pertes d’emplois estimées à 31 %, 27 % et 30 %, respectivement, par rapport à 2020 ;

 

Globalement, l’emploi dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration a diminué en 2021 d’environ 30 % (environ 80 000 personnes), les femmes représentant environ trois emplois perdus sur cinq. En outre, la diminution de la demande touristique a un impact négatif sur un nombre encore plus grand d’emplois dans l’ensemble de la chaîne de valeur du tourisme.

 

Société

 

La pauvreté est revenue à des niveaux jamais vus depuis 2005, près de la moitié de la population ne parvenant pas à joindre les deux bouts. La forte hausse des prix, combinée à la perte d’emplois et de revenus, signifie que de nombreuses familles ne peuvent plus se permettre de manger suffisamment et se retrouvent pour la première fois en situation de besoin humanitaire ;

 

Les forces de la junte birmane ont arrêté plus d’une douzaine de propriétaires de magasins qui ont informé les clients que leurs entreprises seront fermées le 1er février ;

 

Plus de 13 millions de personnes sont désormais en situation d’insécurité alimentaire modérée ou grave et les perspectives de malnutrition sont désastreuses si nous n’intervenons pas maintenant. Les gens ont de plus en plus recours à des stratégies d’adaptation dangereuses pour survivre, ce qui entraîne une aggravation des risques de protection ;

 

On estime que 25 millions de personnes (près de la moitié de la population) vivaient dans la pauvreté à la fin de 2021 et que 14,4 millions de personnes ont aujourd’hui besoin d’une aide humanitaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus