Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
https://treirb.net
deneme bonusu veren bahis siteleri
https://www.getbetbonus.com
Home Accueil BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 27 novembre au 3 décembre ?

BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 27 novembre au 3 décembre ?

Journaliste : Gavroche
La source : Gavroche
Date de publication : 04/12/2023
0

min aung hlaing

 

Gavroche a sélectionné pour vous quelques nouvelles saillantes en Birmanie durant cette semaine écoulée. Un survol de l’actualité indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à ce pays d’Asie du Sud-Est.

 

Politique, Diplomatie

 

L’ambassadeur de l’Inde en Birmanie s’est entretenu avec le ministre de la défense de la junte le 29 novembre, après que les forces de la résistance se sont emparées de trois villes de l’État de Chin, à la frontière indienne. L’envoyé Vinay Kuma et le général Tin Aung San ont discuté de la coopération en matière de sécurité frontalière, y compris de la formation militaire. Dans le cadre de l’opération 1027, des groupes de résistance de l’État Chin se sont emparés de la ville frontalière de Rih Kaw Dar, ainsi que de Kamphat et Rezua, sur la route de l’amitié entre l’Inde et la Birmanie, au cours des deux dernières semaines. Lors de la bataille pour Rih Kaw Dar, 40 soldats de la junte se sont enfuis en Inde le 13 novembre. L’armée de l’air indienne les a ramenés au régime. L’ambassadeur indien a également rencontré le ministre des affaires étrangères Than Swe, nommé par la junte, et a discuté du renforcement des liens et de la coopération dans des domaines d’intérêt mutuel.

 

Le régime militaire de Birmanie a tenté d’apaiser Pékin après avoir autorisé des manifestations anti-chinoises à Naypyitaw et à Rangoun il y a une semaine. Chaque jour, du 27 au 29 novembre, le régime a proclamé à plusieurs reprises ses relations “solides et amicales” avec Pékin, affirmant que ces liens ne feraient que se renforcer au fil du temps. Les manifestants ont accusé Pékin d’essayer de détruire le Birmanie en vendant des armes aux organisations armées ethniques basées près de la frontière, dans le nord de la Birmanie, et aux groupes de la Force de défense du peuple (PDF). Partis de l’hôtel de ville de Rangoun, les manifestants ont marché jusqu’à l’ambassade en criant des slogans hostiles à la Chine, notamment : “Chine, tu t’es immiscée dans les affaires intérieures de la Birmanie. N’essayez pas de nous exploiter. Nous, les moines et le peuple, allons vous frapper !”. Duwa Lashi La, président par intérim du gouvernement civil d’unité nationale, a réagi aux manifestations le 28 novembre, accusant le régime d’inciter à la haine raciale entre les peuples des deux pays. Le régime s’abaissera à n’importe quel mal pour protéger ses intérêts, a-t-il déclaré.

 

L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est doit cesser d’appeler à un “dialogue national inclusif” en Birmanie, car cela porte atteinte aux sacrifices et à la volonté des citoyens de la Birmanie, ont déclaré plus de 600 organisations de la société civile dans un communiqué publié vendredi 1er décembre. “L’ASEAN n’a pas réussi à demander des comptes à la junte militaire pour les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre qu’elle a commis”, peut-on lire dans la déclaration commune de ces organisations. L’ASEAN ferme les yeux sur les atrocités de masse en continuant d’appeler les victimes à négocier avec ceux qui les tuent, alors que la junte a arrêté plus de 25 000 personnes, en a tué plus de 4 200 et a incinéré 76 000 maisons et autres structures, ont-ils déclaré. La déclaration a été publiée après que le bureau de l’envoyé spécial de l’Indonésie pour la Birmanie a organisé ce qu’il a déclaré être une réunion des “parties prenantes” de la Birmanie du 20 au 22 novembre “pour amener les parties en conflit à un dialogue inclusif, pour réduire la violence et pour assurer des livraisons sûres de l’aide humanitaire pour le peuple birman affecté par le conflit”.

 

Économie

 

Sur la période d’avril à mi-novembre de l’année fiscale 2023-24, les exportations de produits manufacturés s’élèvent à 5,9 Mds USD (dont 3,8 Mds émanant des entreprises privées et 2,1 Mds du secteur public), soit une baisse de 20% par rapport à la même période de l’exercice précédent. L’industrie manufacturière reste néanmoins le premier secteur d’exportation pour la Birmanie, représentant 64% des exportations totales, avec comme principales composantes l’industrie textile, le sucre et le gaz naturel.

 

La semaine dernière, plus de 100 camions de marchandises ont été détruits lors d’une attaque contre les troupes de la junte qui gardaient la frontière Jin San Jiao (Kyin San Kyawt) avec la Chine, dans le nord de l’État Shan, selon des marchands locaux. Les pertes financières s’élèvent à environ 30 milliards de kyats, soit plus de 14,33 millions de dollars au taux de change officiel, selon des sources de la zone commerciale frontalière. Des drones ont été utilisés pour larguer des bombes sur plus de 100 soldats de la junte. Les camions de marchandises touchés par l’attaque ont pris feu. Les camions auraient été chargés de machines, de nourriture et d’articles ménagers importés de Chine. Ils ont été bloqués à l’entrée en raison des combats qui se déroulent actuellement dans la région.

 

Société/Répression/Conflit

 

Le régime militaire de Birmanie est resté silencieux sur les massacres que ses troupes ont commis contre des milliers de civils dans les régions de Sagaing et de Magwe et dans les États de Kachin et de Kayah depuis le putsch. Mais il s’est plaint bruyamment que les organisations armées ethniques (EAO) avaient fait usage d’une “force excessive” en s’emparant de sept villes et de près de 200 avant-postes dans le nord de l’État de Shan le mois dernier. Des “experts étrangers en matière de drones” ont également été impliqués dans les assauts, selon le régime.Lors de la réunion du cabinet du 29 novembre, le chef de la junte, Min Aung Hlaing, a affirmé que les EAO avaient utilisé des drones dotés d’une technologie avancée pour larguer plus de 25 000 bombes, tout en tirant environ 120 roquettes improvisées sur les avant-postes de la junte. Une semaine plus tôt, le régime avait qualifié d’invasion l’offensive de la résistance dans le nord du Shan, dans l’espoir de gagner le soutien de l’opinion publique pour sa bataille défensive. Mais un coup d’œil sur les médias sociaux montre que la population de Birmanie continue de soutenir l’offensive de l’Alliance de la fraternité ethnique dans le nord de l’État de Shan et se réjouit des défaites de la junte.

 

Un groupe de résistance urbaine a tué vendredi 1er décembre U Than Tun, 54 ans, président du parti pro-junte New National Democracy Party (NNDP) dans le township de Thingangyun, à Yangon. Au moins deux hommes lui ont tiré dessus avec des pistolets. Ils ont tiré six balles dans sa maison du quartier de Nga Moe Yeik et il est mort dans une ambulance, a déclaré un habitant. Le groupe de résistance Nga Moe Yeik Mission a déclaré qu’U Than Tun avait été pris pour cible en raison de son soutien bruyant à la junte, notamment en organisant des rassemblements.

 

La banque centrale intérimaire (ICB) établie par le gouvernement civil d’unité nationale (NUG) supervisera la gestion de plus de 44 milliards de kyats saisis par les forces de la résistance dans cinq banques privées de la ville de Kawlin, dans la région de Sagaing. Les fonds saisis seront gérés comme un budget national par la BCI, a déclaré le NUG jeudi 30 novembre. Elle a indiqué que plus de 32,6 milliards de kyats ont été saisis à la Kanbawza Bank, 9,4 milliards de kyats à la Myanmar Apex Bank, 1,7 milliard de kyats à la Ayeyarwady Bank, 286 millions de kyats à la Tun Commercial Bank et 319 millions de kyats à la World Treasure Bank ont été saisis. Le NUG a déclaré qu’il y avait des signes de tentatives d’effraction dans les coffres des banques Kawlin. Plus de 900 millions de kyats ont également été saisis à la Myanma Economic Bank, propriété du régime, a rapporté le NUG le 14 novembre. La ville de Kawlin a été prise par l’armée d’indépendance Kachin et les forces de défense du peuple le 6 novembre après quatre jours de combat.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus