test
Home Accueil BIRMANIE – POLITIQUE : La traque aux démocrates se poursuit dans le pays

BIRMANIE – POLITIQUE : La traque aux démocrates se poursuit dans le pays

Date de publication : 05/11/2023
0

Ye Htut Birmanie

 

La junte arrête l’ancien porte-parole de la présidence suite à des commentaires sur les réseaux sociaux.

 

Près de 40 personnes, dont un ancien ministre de l’information sous un précédent gouvernement pro-militaire, ont été récemment arrêtées après avoir publié des commentaires critiques à l’égard de la junte militaire sur des comptes de réseaux sociaux.

 

Ye Htut, connu pour ses publications fréquentes sur Facebook, a été arrêté le 28 octobre. Les chaînes Telegram pro-junte l’avaient accusé d’avoir révélé l’adresse d’un officier militaire à la retraite sur les réseaux sociaux, selon l’Agence France-Presse.

 

Sur les 37 personnes arrêtées, 15 étaient originaires de Mandalay et sept de la région de Rangoun, selon le communiqué de presse de la junte.

 

La junte a annoncé pour la première fois en janvier 2022 qu’elle utiliserait les lois antiterroristes et sur les télécommunications du pays pour arrêter et poursuivre en justice toute personne diffusant des informations anti-junte sur les plateformes de médias sociaux.

 

Ye Htut a été accusé d’avoir violé l’article 505(a) du Code pénal de Birmanie, selon un communiqué de la junte. Cette loi concerne la diffusion de déclarations, de rumeurs ou de rapports dans le but d’amener les officiers militaires à négliger ou à manquer à leurs devoirs.

 

L’homme de 64 ans a été ministre de l’Information de 2014 à 2016 et porte-parole du président de 2013 à 2016 sous le gouvernement quasi civil du président Thein Sein, qui a confié le pouvoir à Aung San Suu Kyi après les élections de 2015.

 

L’armée de Birmanie a toujours été intolérante aux critiques, a déclaré Zaw Win de Fortify Rights, un groupe de défense des droits humains basé en Asie du Sud-Est. Les récentes arrestations sur les réseaux sociaux ne sont qu’une autre démonstration de cette qualité, a-t-il déclaré.

 

Mais Thein Tun Oo, directeur du Thayninga Strategic Studies Group, un groupe de réflexion dirigé par d’anciens officiers militaires, a déclaré que les arrestations montrent qu’il existe des obligations qui vont de pair avec les droits des citoyens.

 

« Il y a un problème lorsque vous réclamez vos droits, mais que vous n’êtes pas en mesure d’assumer pleinement vos responsabilités », a-t-il déclaré.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus