Home Accueil BIRMANIE – POLITIQUE : Le moine Wirathu, combattant anti-islam utilisé par la junte militaire

BIRMANIE – POLITIQUE : Le moine Wirathu, combattant anti-islam utilisé par la junte militaire

Journaliste : Rédaction
La source : Gavroche
Date de publication : 14/09/2021
0

 

Les militaires au pouvoir en Birmanie ont libéré depuis quelques jours Ashin Wirathu, une personnalité religieuse incendiaire, surnommée le visage de la terreur bouddhiste en raison de ses opinions antimusulmanes.

 

“Le visage de la terreur bouddhiste” .

 

Ashin Wirathu avait été présenté en 2013 par le magazine Time comme  “Le visage de la terreur bouddhiste”.

 

Cela a mis le moine fondamentaliste en colère. Il a accusé le média international de violer ses “droits de l’homme”. Il est même allé jusqu’à dire que le magazine Time était financé par certains “capitaux arabes”, qui selon lui dominent “les médias mondiaux.”

 

Mais les déclarations anti-islam de Wirathu sont comme un livre ouvert. “[Les musulmans] se reproduisent si vite, et ils volent nos femmes, les violent. Ils voudraient occuper notre pays, mais je ne les laisserai pas faire. Nous devons garder la Birmanie bouddhiste”, a déclaré le moine dans le passé.

 

Alors que le bouddhisme, qui est une foi populaire parmi certaines élites occidentales et autres, représente la non-violence, la tranquillité et la paix spirituelle, Wirathu épouse une vision militante. Il veut que le pays devienne complètement bouddhiste une fois pour toutes.

 

“Vous pouvez être plein de bonté et d’amour mais vous ne pouvez pas dormir à côté d’un chien enragé”, a déclaré le moine, identifiant les chiens enragés aux musulmans et montrant son mauvais karma, ce qui contraste avec les principes fondateurs du bouddhisme. Bien au-delà des êtres humains, le bouddhisme affirme que les animaux possèdent la nature du Seigneur Bouddha, ce qui indique un sérieux potentiel d’illumination.

 

Haine contre les musulmans rohingyas

 

Il est désormais libre de défendre la haine contre les musulmans rohingyas. L’année dernière, il a été emprisonné pour avoir “excité la désaffection” et incité “à la haine ou au mépris” contre l’ancien gouvernement dirigé par Aung San Suu Kyi, qui a été renversé par l’armée birmane en février.

 

Il est intéressant de noter que ce n’est pas un tribunal civil mais l’armée elle-même qui a fait une déclaration pour annoncer la  nouvelle de la libération de Wirathu. “L’affaire a été classée et il a été libéré ce soir”, a déclaré le général de division Zaw Min Tun, porte-parole de l’armée de Birmanie.

 

Cette décision a suscité des critiques dans le monde entier, certains groupes d’activistes affirmant que la vision du bouddhisme militant de Wirathu correspond bien à “la volonté des militaires de contrôler le pays”.

 

Moine bouddhiste à l’âge de 14 ans

 

Wirathu, 53 ans, a quitté l’école pour devenir moine bouddhiste à l’âge de 14 ans. En 2001, il a commencé à s’impliquer dans le mouvement 969, un mouvement nationaliste bouddhiste, fondé pour limiter la participation des musulmans en Birmanie. Bien que les musulmans soient une minorité en Birmanie, la plupart d’entre eux dirigent des entreprises prospères, ce qui en fait la cible de certains bouddhistes comme Wirathu.

 

Wirathu et le mouvement 969, dont le moine était l’une des principales voix, prétendent tous deux suivre Bouddha, le chef fondateur de la religion originaire d’Extrême-Orient. Mais leur opposition farouche à l’islam ne semble pas avoir de rapport avec les enseignements de Bouddha.

 

En septembre 2012, il a organisé un rassemblement de moines à Mandalay pour soutenir le projet raciste du président de l’époque, Thein Sein, d’exiler les musulmans rohingyas de Birmanie. Ce rassemblement, ainsi que d’autres événements antimusulmans similaires, a contribué à déclencher des émeutes antimusulmanes dans tout la Birmanie, qui ont donné lieu à de nombreux pillages de propriétés musulmanes et tué des dizaines de musulmans en 2013. Près de 140 000 personnes, dont la plupart sont des musulmans, ont été déplacées de force à la suite de ces émeutes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus