Home Accueil GAVROCHE HEBDO – ÉDITORIAL : Singapour légalise l’homosexualité, un pas de géant

GAVROCHE HEBDO – ÉDITORIAL : Singapour légalise l’homosexualité, un pas de géant

Journaliste : Rédaction Date de publication : 22/08/2022
2

LGBT Singapour

 

« Une victoire pour l’humanité ». Telle a été la réaction des associations LGBT de Singapour après l’annonce par le premier ministre Lee Hsien Loong de la prochaine légalisation de l’homosexualité dans l’ile État. Après l’Inde, Taïwan et la Thaïlande, Singapour est le dernier pays d’Asie à prendre des mesures en faveur des droits des LGBT. Jusque là, la loi 377A – héritée de l’arsenal juridique colonial britannique – interdisait les relations sexuelles entre hommes.

 

Cette décision, de la part d’un gouvernement toujours inquiet d’étendre le champ des libertés publiques est un pas de géant, même si d’autres pas restent à franchir pour que l’égalité devienne une réalité. Pour l’heure, la légalisation du mariage Gay reste impossible à envisager.

 

Ce pas de géant a aussi, il faut l’admettre, des raisons économiques. Le maintien en vigueur de la loi 377 A i se retrouvait de plus en plus en contradiction avec l’image de Singapour en tant que centre financier mondial ouvert et diversifié, et les multinationales basées dans l’État avaient publiquement déclaré qu’elle entravait leurs efforts pour attirer les talents.

 

Ouverture sociale et culturelle ou réalisme économique, face aux caractéristiques d’un marché de l’emploi mondialisé et à la concurrence d’autres destinations plus « gay friendly » ? Une évidence s’impose en tout cas. Le monde change. Et les autorités de Singapour l’ont bien compris.

2 Commentaires

  1. “Légaliser l’homosexualité”; “interdire les relations sexuelles entre hommes”: les termes même de ces expressions sont révoltantes.

    Il y a deux grandes règles qui doivent conduire les hommes, “de l’un ou de l’autre sexe”, comme disait mon prof de droit: 1/ “les hommes naissent libres et égaux entre eux” (et en droit) ; et, comme l’enseigne l’évangile, des lors qu’un homme se retire dans a chambre et referme la porte derrière lui, il est libre, et aucune autorité, ecclésiastique, militaire ou administrative, ne doit pouvoir y entrer.

    Ceci dit, il n’y a pas de société sans famille et il n’y a pas de famille sans érotisme ; l’érotisme a un sens. Les sexes ne sont pas égaux, mais opposés ; de ce point de vue “l’homosexualité” féminine n’a pas le même sens que “l’homosexualité” masculine. L’érotisme reste le royaume des femmes ; elle doivent apprendre à se connaitre ; ce n’est pas le cas chez les hommes ; un homme “homosexuel” est au fond un homme auquel l’accès à la femme est interdit ; c’est une mutilation, qui procède vraisemblablement du puritanisme.

    On ne “possède” véritablement une personne que lorsqu’on la prive de sa vie érotique : à la base il y a une volonté de domination, qui se dissimule derrière des considérations métaphysiques : le puritanisme protestant, mais aussi, chez les cathos, le culte de Sainte Marguerite-Marie, le Sacre Cœur de Jésus… Les familles peuvent devenir meurtrières.

    Mais qu’on laisse les gens tranquilles en quoiqu’il en soit un progrès.

  2. Votre prof de droit (mais qui donc ?) n’a pas été très loin dans ses lectures et avait des faiblesses de mémoire … ” naissent libres et égaux en droit”. Ce qui ne veut pas dire sans règles, pas celles des religions (même si on peut ignorer leur influence) mais issues d’institutions démocratiques (qui le sont toujours plus ou moins). Donc égaux en droit, devant les règles de droit. Pour ce qui est de l’évangile… l’érotisme ne me parait pas être à son programme à moins de donner au terme “amour” un sens érotique. Agape n’est pas Eros. C’est d’ailleurs sur une opposition stricte que les théologiens et l’église catholique ont plus ou moins condamné les relations sexuelles hors mariage (d’où son institution érigée en sacrement) donc non érotiques, sexuées à défaut d’être sexuelles. La figure de Marie (pas Marguerite Marie dont l’adoration est dirigée vers l’organe du cœur et pas un autre) est de ce point de vue hautement significative et symbolique. La littérature mystique s’apparente bien souvent à la littérature érotique (Thérèse d’Avila, Angèle de Foligno, Catherine de Sienne, Jean de la Croix, etc…). La sculpture de Sainte Thérèse en extase (ou transverbération) du Bernin est plus suggestive que toutes les représentations picturales de l’annonciation. Thérèse une figure transfigurée de Marie à moins que ce ne soit l’inverse ?
    Un homme se retire dans sa chambre et “abuse” (pour parler élégamment) d’une personne (épouse, enfant, tiers) que dit le droit pénal d’après votre éminent prof de droit (mais quel droit ?)
    Pour le reste de vos développements des précisions s’imposent ; certes l’homosexualité féminine n’avait pas ( 19 ème et début 20 ème) les mêmes conséquences et significations ( d’où son ignorance dans beaucoup de droit pénaux)… L’enfantement était toujours possible au sein du mariage (en dehors duquel une femme n’avait pas d’existence sociale) y compris lorsque l’époux était “homosexuel” si cela à un sens (voir Mauriac, Thomas Mann et d’autres). Ce dernier, invisibilisé, n’avait d’autre fin que la réclusion psychiatrique (le terme est d’ailleurs issu de la psychiatrie du 19 ème siècle, Kertbeny, Kraft-Ebbing) à moins de “vivre” une “double vie comme ce fut le cas des relations hors mariage (mais dans ce cas non psychiatrisées). D’où comme vous dites le puritanisme, l’hypocrisie le … “tartufisme”… fort cultivés dans toutes les institutions et certes (et d’abord) la famille et notamment “bourgeoise”. D’où Freud et la “découverte” de la psychanalyse, forme “scientifique” et sécularisée des pratiques antérieures de la confession. La substitution du divan au confessionnal…
    La dernière phrase conclusive laisse toutefois sur sa fin et donne une couleur à ce qui précède : laissons les gens tranquilles et que l’homosexualité reste criminalisée devons nous lire ? Sa décriminalisation est un progrès… pour moi un premier pas… quelles que soient les motifs à l’œuvre… y compris, comme pour Singapour, les “contraintes” économiques et commerciales…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus