Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Home Accueil HONG KONG – POLITIQUE: Pourquoi le territoire n’est pas seulement un paradis financier et fiscal

HONG KONG – POLITIQUE: Pourquoi le territoire n’est pas seulement un paradis financier et fiscal

Journaliste : Rédaction
La source : Gavroche
Date de publication : 31/05/2020
0

Philip Bowring est l’un des plus remarquables commentateurs de la géopolitique asiatique en langue anglaise. Ancien patron de la Far Eastern Economic Review, ce septuagénaire britannique incarne la présence anglaise à Hong Kong, où il réside. Son plaidoyer pour le peuple de Hong Kong dit ce que Pékin persiste à ignorer: l’ancienne colonie de sa Majesté n’est pas qu’un alignement de banques.

 

Nous reproduisons ici un extrait d’une analyse de Philip Bowring parue dans The Globalist dont nous vous recommandons chaudement la lecture ici.

 

Les protestations actuelles montrent que les Hongkongais ne s’intéressent pas seulement à l’argent, et les élites du continent craignent que Hong Kong ne reste pas un territoire séparé où elles peuvent stocker leur argent en toute sécurité.

 

Cela agace les dirigeants chinois que Hong Kong veuille maintenir son propre sentiment d’identité contre le régime centralisateur et nationaliste de M. Xi.

 

Le gouvernement de Carrie Lam, composé de fonctionnaires et d’intérêts de l’élite des affaires, manque à la fois d’imagination et de volonté pour prendre des initiatives, qu’elles soient ou non approuvées par Pékin.

 

Le gouvernement de Hong Kong et Pékin se méfient de la réaction étrangère en raison de la nécessité de maintenir le statut économique distinct de Hong Kong et en tant que lien avec les Chinois d’outre-mer.

 

Retour sur un défilé

 

Le 1er octobre 2019, une étrange demi-symétrie est apparue entre les deux villes. Un défilé à Pékin combinait un spectacle de fusées de style soviétique, des soldats massés à la Pyongyang et une rhétorique à la Mussolinienne, alors que Xi Jinping saluait depuis une voiture à toit ouvert.

 

À Hong Kong, le même jour, des rangs massifs de policiers lourdement blindés ont défilé dans les rues derrière des barrages de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc, battant leurs boucliers à l’unisson.

 

Pendant ce temps, le dirigeant local, la patronne de l’exécutif Carrie Lam, était à Pékin pour les festivités de l’anniversaire. Ainsi, la seule voix d’autorité qui était sur place était celle de la police.

 

La police de Hong Kong

 

Depuis le début des manifestations de masse à Hong Kong en juin, en l’absence d’initiatives visant à résoudre ce qui est une question politique, la police est la voix qui compte le plus. Il va sans dire que cela a suscité un plus grand antagonisme de la part des manifestants.

 

Dès le début, ils ont accusé la police de violence injustifiée. L’objectif apparent de la police n’a pas tant été de protéger les personnes et les biens contre la violence des manifestants que de chasser les manifestants de la rue.

 

À cette fin, la police a de plus en plus souvent déclaré que les manifestations étaient non autorisées et donc illégales. Cela contraste fortement avec le droit de réunion et de manifestation pacifique censé être protégé par la Loi fondamentale, la mini-constitution de Hong Kong.

 

Fierté démocratique contre régime autoritaire

 

Ce 1er octobre symbolisait le choc entre la vision que Pékin a d’elle-même et la place de Hong Kong au sein de la Chine.

 

Il montre aux dirigeants chinois que les habitants de Hong Kong sont soucieux de préserver leur propre identité face au régime centralisateur et nationaliste de M. Xi.

 

La journée à Pékin s’est terminée par un feu d’artifice. La journée à Hong Kong s’est terminée par le tir par la police d’un nombre presque incroyable de 1 400 cartouches de gaz lacrymogène, plus 1 300 balles de caoutchouc et autres projectiles similaires, ainsi qu’une balle réelle.

 

Cette dernière a failli tuer un jeune manifestant. Un journaliste indonésien a perdu un œil à cause d’une cartouche de gaz lacrymogène alors qu’il portait une protection pour les yeux. Il y a eu 269 arrestations, dont 91 femmes.

 

Ces actions aveugles ont suscité une colère générale parmi une grande partie de la population qui n’était pas impliquée dans les manifestations. La jeunesse de Hong Kong a été aliénée.

 

Rien de tout cela ne devrait être une surprise totale. Elle se construit depuis cinq ans. Auparavant, le gouvernement de Hong Kong avait tendance à faire marche arrière face à une opposition généralisée à des mesures considérées comme mettant sérieusement en danger l’autonomie de Hong Kong. Il est maintenant le dos au mur.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus