Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil INDONÉSIE – POLITIQUE : Le G20 présidé par l’Indonésie peut-il jouer un rôle de premier plan ?

INDONÉSIE – POLITIQUE : Le G20 présidé par l’Indonésie peut-il jouer un rôle de premier plan ?

Journaliste : Rédaction Date de publication : 20/03/2022
0

Surabaya indonesie

 

Gavroche reprend ici un papier d’Asia Sentinel. Dont nous vous recommandons la lecture sur leur site en Anglais.

 

L’Indonésie semble laisser passer l’occasion de faire sa marque dans le monde. Sa diplomatie, typiquement molle, n’a pas encore profité de sa présidence cette année du Groupe des 20 nations les plus importantes sur le plan économique pour prendre une initiative sur la question la plus critique à laquelle le monde est actuellement confronté : l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui a commencé le 24 février et qui risque de réduire le pays entier en ruines.

 

Pendant ce temps, le président Joko Widodo aspire à être une figure internationale représentant une nation immense et également démocratique, mais il semble avoir peu d’idées sur la façon de s’y prendre pour laisser sa marque.

 

Un G20 qui aura une grande incidence sur le futur

 

Le G20 est peut-être axé sur des questions économiques et non politiques, mais il ne fait aucun doute que les actions de la Russie menacent de causer au moins autant de dommages économiques mondiaux que la pandémie Covid-19. Pourtant, si l’on jette un coup d’œil à la présentation que l’Indonésie fait d’elle-même via le site web du G20, on constate une liste de problèmes mineurs menant au sommet de Bali en novembre, lui-même autant un exercice de promotion du tourisme que quelque chose de plus significatif pour la place de la nation dans le monde.

 

“Si l’Indonésie veut être une puissance mondiale, alors elle doit agir comme telle”, a déclaré un homme d’affaires occidental basé à Jakarta. “L’Ukraine n’est que le dernier cas en date mais si Jakarta va se cacher la tête dans le sable alors qu’elle est dans le fauteuil du président du G20, cela en dit long sur son incapacité à jouer un rôle sérieux dans les affaires mondiales et même asiatiques.”

 

Si l’Indonésie, comme ses voisins Singapour et les Philippines, a voté en faveur de la résolution des Nations unies critiquant la Russie, elle n’a pas tenté d’utiliser sa position pour rallier la majorité des membres du G20 à une prise de position sur une invasion qui menace non seulement de perturber le commerce de produits de base essentiels tels que le blé, le gaz et le nickel, mais aussi d’entraîner des ruptures dans les chaînes d’approvisionnement desservant un large éventail d’industries, notamment les puces informatiques, vitales pour de nombreuses industries et dont l’approvisionnement était déjà insuffisant avant même l’action de la Russie. La Russie fournit à l’Union européenne 40 % de son gaz naturel, 27 % de ses importations de pétrole et 40 % de ses importations de charbon. Avec l’Ukraine, elle exporte – ou exportait – un tiers des céréales du monde. L’interruption de ces approvisionnements entraînera un énorme danger économique pour le monde.

 

Des choix souvent inconfortables

 

Les responsables politiques indonésiens doivent comprendre qu’être un grand pays signifie parfois devoir faire des choix inconfortables dans les affaires internationales. L’attitude consistant à essayer d’être gentil avec tout le monde n’a tout simplement pas de sens, que ce soit pour aborder la situation en Ukraine, et encore moins pour protéger ses propres ressources maritimes et sa zone économique exclusive d’une autre puissance expansionniste. Pendant longtemps, l’Indonésie s’est contentée de se considérer comme le leader de facto de l’Asean, simplement en raison de sa taille et de son rôle dans la formation du groupe en 1967. Le fait que le groupement régional soit une force épuisée dans les affaires internationales est au moins en partie dû à la réticence de l’Indonésie.

 

L’Indonésie entretient également de bonnes relations avec la Turquie, un autre État laïque mais majoritairement musulman, membre du G20. Il n’est pas nécessaire de rappeler aux Turcs l’expansionnisme passé de la Russie au nord et à l’est de la mer Noire et ses tentatives de contrôler le commerce de la mer Noire et son propre accès à la Méditerranée. L’Ukraine a déjà vu son accès à la mer bloqué par la Russie, ce qui a perturbé le commerce alimentaire mondial ainsi que l’Ukraine elle-même. En tant que deuxième importateur mondial de blé, l’Indonésie doit, dans son propre intérêt, utiliser sa position au sein du G20 pour jouer un rôle actif. Le blé est également une importation clé pour les Philippines et le Bangladesh. De même, presque tous les pays situés à l’est de l’Iran sont fortement tributaires des importations d’hydrocarbures.

 

En tant qu’État important mais non nucléaire, l’Indonésie a un rôle à jouer pour isoler l’agression d’une grande nation dotée de l’arme nucléaire contre une plus petite qui a échangé ses armes nucléaires contre des promesses internationales de sécurité. Si les Russes jouent ce jeu, la Chine peut s’emparer de ses voisins plus petits et non nucléaires quand elle le souhaite. Pendant ce temps, l’exemple de l’Ukraine conduira sûrement d’autres petites et moyennes puissances à considérer les armes nucléaires comme leur meilleure défense. La non-prolifération sera morte.

 

Le non-alignement ne signifie pas une non-involture

Aujourd’hui, le non-alignement ne signifie pas la non-involture, tout comme cela ne signifiait pas ne rien faire dans les années 60 et 70 face aux impérialismes de toutes sortes. L’avenir du monde devrait reposer sur les puissances moyennes actuelles, et non sur les anciens empires qui tentent de survivre ou de se recréer. Le désir de l’Ukraine de poursuivre son propre chemin de relations plutôt que d’accepter l’hégémonie russe est précisément ce que des pays comme l’Indonésie doivent défendre, non pas comme un soutien à l’UE et à l’OTAN, mais comme une fin en soi.

 

Un projet de changement de la capitale indonésienne

 

Jokowi peut encore se réjouir de la mise en œuvre de son nouveau projet de capitale, Nusantara, mais cela ne fera rien, du moins pendant une décennie, pour améliorer le statut de l’Indonésie dans le monde. Elle n’a pas toujours eu un rôle aussi insignifiant. Le président Sukarno, habilement assisté par le ministre des affaires étrangères Subandrio et Ruslan Abdulgani, a organisé en 1955 la conférence de Bandung des nations afro-asiatiques, qui a vu la naissance du mouvement des non-alignés, dont les dirigeants comprenaient le président yougoslave (communiste) Tito, tout aussi opposant à l’impérialisme soviétique russe que Sukarno à l’impérialisme européen.

 

Cette déclaration a été suivie en 1957 par la déclaration de souveraineté de l’Indonésie, alors révolutionnaire, sur les mers reliant ses îles, qui a finalement abouti, après des décennies d’efforts, à l’acceptation du principe archipélagique aujourd’hui inscrit dans la convention des Nations unies sur le droit de la mer. Cela doit beaucoup aux efforts de deux fonctionnaires du ministère des affaires étrangères, Hasjim Djalal et Mochtar Kusumaatmadja, ce dernier ayant été ministre des affaires étrangères pendant une décennie sous Suharto. Il est temps pour l’Indonésie d’aujourd’hui de cesser de se cacher derrière les platitudes de M. Gentil Gars et de suivre des exemples aussi audacieux. C’est votre tour, Président Widodo, de vous engager.

 

Remerciements à Michel Prevot

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus