Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Home Accueil MALAISIE – FRANCE: Qui a couvert l’envoi de déchets plastiques illégaux vers l’Asie du sud est ?

MALAISIE – FRANCE: Qui a couvert l’envoi de déchets plastiques illégaux vers l’Asie du sud est ?

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : 18/11/2019
0

L’affaire a fait grand bruit voici quelques jours. Une société de trading coupable d’avoir expédié en Malaisie vingt containers de déchets plastiques illégaux et polluants a été condamnée à 192 000 euros d’amende après une plainte des autorités malaisiennes. Mais qui est responsable ? Pourquoi les autorités portuaires françaises n’ont rien signalé ? Pourquoi le nom de cette société n’a pas été donné dans les différents articles de presse ? Selon les informations recueillies par Gavroche, la compagnie incriminée était aussi habituée à envoyer ces containers polluants vers l’Indonésie et vers les Philippines. le ministère de la transition écologique a annoncé avoir infligé cette amende sans donner plus de précisions.

 

Pour certains activistes, spécialistes des questions environnementales, il pourrait s’agir d’une affaire d’État impliquant des policiers, des douaniers, et des fonctionnaires dans plusieurs ports français. Une société commerciale française vient de se voir infliger une amende de 192000 euros pour avoir expédié des containers de déchets polluants vers la Malaisie. laquelle a refusé ces containers, les a renvoyé vers la France et a porté plainte.
L’information, rendue publique le 13 novembre, ne serait toutefois que la partie émergée d’un iceberg de complicités préoccupantes, alors que la France a promis d’interdire, à partir de 2021, toute exportation de déchets polluants sans notification préalable aux pays concernés.

 

Sociétés locales complices

 

Ces containers remplis de déchets plastiques non recyclés, polluants et dangereux, sont en général reçus sur place par des sociétés complices, qui contournent les régulations en vigueur en Malaisie, aux Philippines ou en Indonésie. Mais les choses changent depuis la décision de la Chine, en 2017, d’interdire une grande partie de ces importations qui, une fois transformées, repartaient vers l’Europe sous forme d’ustensiles parfois nocifs pour la santé.

 

Retrouvez ici l’article du Parisien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus