Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Cialis
Cialis Fiyat
deneme bonusu
padişahbet
padişahbet
padişahbet
Home Accueil PHILIPPINES – JUSTICE: Les Nations Unies dénoncent la quasi-impunité de la police dans la guerre contre la drogue

PHILIPPINES – JUSTICE: Les Nations Unies dénoncent la quasi-impunité de la police dans la guerre contre la drogue

Journaliste : Rédaction
La source : Gavroche
Date de publication : 04/06/2020
0

Cette fois, c’est un rapport officiel du Haut commissariat des droits de l’homme de l’ONU qui le dit. Il vient d’être publié à Genève jeudi 4 juin. Selon ce document, des dizaines de milliers de personnes aux Philippines pourraient avoir été tuées dans la guerre contre la drogue depuis la mi-2016, dans un contexte de “quasi-impunité” pour la police et d’incitation à la violence de la part de hauts fonctionnaires Philippines, à la demande expresse du président Rodrigo Duterte.

 

La répression antidrogue, lancée par le président Rodrigo Duterte après avoir remporté l’élection sur une plateforme de criminalité écrasante, a été marquée par des ordres de la police et une rhétorique de haut niveau qui ont pu être interprétés comme une “permission de tuer” estime un rapport des Nations Unies publié jeudi 4 juin à Genève.

 

La police, qui n’a pas besoin de mandats de perquisition ou d’arrestation pour effectuer des descentes dans les maisons, force systématiquement les suspects à faire des déclarations auto-incriminantes ou risque de recourir à une force mortelle, a indiqué le bureau des droits de l’homme des Nations unies dans un rapport.

 

Une seule condamnation

 

Il n’y a eu qu’une seule condamnation, pour le meurtre de Kian delos Santos, un étudiant de 17 ans de Manille, en 2017, selon le rapport. Trois officiers de police ont été condamnés après que des images de télévision en circuit fermé aient suscité l’indignation du public, selon le rapport.

 

“Malgré des allégations crédibles d’exécutions extrajudiciaires généralisées et systématiques dans le cadre de la campagne contre les drogues illégales, il y a eu une quasi-impunité pour de telles violations”, selon le rapport.

 

Incitation à la violence

 

Le rapport indique que certaines déclarations des plus hauts niveaux du gouvernement ont “atteint le niveau d’incitation à la violence” et que “la diffamation de la dissidence est de plus en plus institutionnalisée”.

 

“La situation des droits de l’homme aux Philippines est marquée par l’importance accordée à l’ordre public et à la sécurité nationale, y compris la lutte contre le terrorisme et les drogues illicites”, selon le rapport.

 

Mais cela se fait “souvent au détriment des droits de l’homme, du droit à une procédure régulière, de l’État de droit et de la responsabilité”.

 

“Le gouvernement a également de plus en plus souvent porté des accusations pénales, notamment en utilisant les lois sur les pouvoirs spéciaux de COVID-19, contre les utilisateurs de médias sociaux qui affichent des contenus critiques à l’égard des politiques et des actions du gouvernement”, ajoute le rapport.

 

“Le chiffre le plus conservateur, basé sur les données du gouvernement, suggère que depuis juillet 2016, 8 663 personnes ont été tuées – avec d’autres estimations allant jusqu’à trois fois ce nombre”, dit-il.

 

Les chiffres du gouvernement montrent que 223 780 “personnalités de la drogue” ont été arrêtées de la mi-juillet 2016 à 2019, mais des accusations peu claires et des irrégularités dans les procédures régulières font craindre que “beaucoup de ces cas puissent équivaloir à des détentions arbitraires”.

 

Au moins 248 militants des droits fonciers et environnementaux, avocats, journalistes et syndicalistes ont été tués de 2015 à 2019, selon le rapport. Le “red-tagging”, qui consiste à étiqueter des personnes et des groupes comme étant des communistes ou des terroristes, est devenu monnaie courante.

 

Retrouvez l’intégralité du rapport ici (en anglais).

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus