Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil PHILIPPINES – POLITIQUE: Rodrigo Duterte, dans sa dernière ligne droite avant l’élection de 2022

PHILIPPINES – POLITIQUE: Rodrigo Duterte, dans sa dernière ligne droite avant l’élection de 2022

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : 29/08/2020
0

Le mandat présidentiel de Rodrigo Duterte a encore 20 mois à courir mais les signes de fin de régime commencent à apparaître. Le plus surprenant est la proposition d’un groupe de partisans de Duterte réunis dans la zone commerciale spéciale de Clark, l’ancienne enclave de la marine américaine au nord de Manille, qui appelle à un “gouvernement révolutionnaire” qui instituerait des changements dans la Constitution de 1987. Les changements n’ont pas été précisés.

 

Il est probable que ces changements incluraient un système de gouvernement fédéral, comme promis par Duterte mais qui a été bloqué, et éventuellement un moyen de permettre à Duterte de rester au pouvoir, que ce soit en autorisant deux mandats présidentiels (actuellement impossible selon la constitution philippine) ou en passant à un système parlementaire.

 

Cependant, loin d’être un stratagème pour maintenir Duterte au pouvoir, beaucoup y voient plutôt un signe d’inquiétude pour la santé de Duterte. Il s’agit depuis longtemps d’une rumeur, mais elle s’est récemment renforcée, faisant craindre à ses partisans qu’il ne survive pas à son mandat, ou qu’il ne soit pas en mesure d’avoir une influence décisive sur le choix de son successeur.

 

L’ombre de Marcos

 

Les partisans de Duterte feront tout leur possible pour maintenir la populaire mais inexpérimentée vice-présidente Leni Robredo à la plus haute fonction, préférant comme successeur soit l’acolyte de Duterte Christopher “Bong” Go, soit Ferdinand “Bongbong” Marcos Jr, fils de l’ancien dictateur. Robredo, élue séparément du président, a mis Duterte dans l’embarras en novembre dernier lorsqu’elle a accepté le défi du président de prendre en charge son programme de lutte contre la drogue et a rapidement utilisé les propres statistiques du programme pour montrer qu’il n’était pas couronné de succès. Il l’a renvoyée moins de trois semaines plus tard.

 

Constitution en jeu

 

La constitution peut être modifiée par une assemblée composée des deux chambres et nécessitant un soutien de 75 %. On considère généralement que cela signifie 75 % de chaque chambre, mais étant donné la flexibilité des décisions de justice, 75 % du total peut être considéré comme suffisant. Actuellement, les partisans de l’administration contrôlent environ 85 % des 304 membres de la Chambre mais pas 75 % des 24 membres du Sénat.

 

Sur le fond, l’emprise de Duterte s’affaiblit. La gestion du Covid-19 par le gouvernement a fait l’objet de nombreuses critiques, car les mesures de verrouillage sévères ont provoqué une forte hausse du chômage et de la pauvreté et ont perturbé d’autres efforts de santé publique ; pourtant, les Philippines ont le ratio cas/population le plus élevé.

 

Coïncidence ou non: des preuves de corruption massive ont été mises au jour depuis plusieurs années impliquant la Société d’assurance maladie des Philippines, ou Philhealth, dans le paiement de procédures jamais effectuées. Cela a peut-être déstabilisé ceux qui avaient continué à croire que l’administration Duterte s’attaquait à la corruption avec autant de force que sa campagne d’exécutions extrajudiciaires contre les prétendus trafiquants de drogue.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus