Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil THAÏLANDE – CAMBODGE : Réduire la culture sur brûlis, une priorité mutuelle

THAÏLANDE – CAMBODGE : Réduire la culture sur brûlis, une priorité mutuelle

Date de publication : 02/02/2024
1

Pollution Bangkok

 

Le ministère thaïlandais des Affaires étrangères s’engage à collaborer avec le gouvernement cambodgien pour lutter contre la pollution par les PM2,5, en particulier celle causée par les feux de forêt et l’incinération de déchets agricoles.

 

Points chauds en augmentation

 

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Chakkraphong Saengmanee, a déclaré que l’imagerie satellitaire montrait une augmentation des points chauds au Cambodge et dans les zones frontalières avec la Thaïlande. Ces points chauds sont causés par des feux de forêt, souvent allumés pour la culture sur brûlis, et par l’incinération de déchets agricoles.

 

Risques pour la santé

 

La fumée des feux crée des PM2,5, des particules fines qui peuvent pénétrer profondément dans les poumons et causer de graves problèmes de santé. L’exposition à long terme aux PM2,5 est liée à des maladies chroniques, notamment des problèmes pulmonaires et cardiaques.

 

Collaboration et solutions

 

M. Chakkraphong a souligné la nécessité d’une collaboration étroite avec le Cambodge pour réduire les points chauds dans les zones frontalières. Il a chargé le département des affaires de l’Asie de l’Est de discuter avec l’ambassadeur cambodgien Hun Saroeun des mesures à prendre.

 

Le vice-ministre prévoit également une conversation téléphonique avec le ministre cambodgien de l’environnement, Eang Sophalleth, le 2 février, pour discuter des solutions possibles. L’ambassadeur thaïlandais à Phnom Penh participera également aux discussions.

 

Un problème urgent

 

La réduction de la pollution par les PM2,5 est une priorité pour la Thaïlande et le Cambodge. La collaboration entre les deux pays est essentielle pour trouver des solutions durables et protéger la santé des populations.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

1 COMMENTAIRE

  1. Oui ça serait bien. Mais en réalité c’est du blabla, tout le monde s’en fiche (sauf ceux qui ont du mal à respirer). Quant à la population, elle est à des années-lumières de la question environnementale, enfermée dans ses us et coutumes qui l’empêchent de progresser.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus