Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Opinions et débats Chroniques THAÏLANDE – CHRONIQUE : « Certificat de vie, les retraités à la peine »

THAÏLANDE – CHRONIQUE : « Certificat de vie, les retraités à la peine »

Journaliste : Michel Hermann
La source : Gavroche
Date de publication : 30/03/2021
0

Comme chaque année au printemps, les retraités français vivant en Thaïlande doivent faire valider un « Certificat de vie » pour percevoir leur pension. Rien que de très normal. Ils pouvaient le faire auprès des autorités locales, cela arrangeait tout le monde. Mais voilà, certains fonctionnaires thaïs ont refusé de prendre cette responsabilité. Bon, la solution la plus logique eut été de faire valider ce document soit par les autorités locales lorsque c’est possible, soit par le Consulat dans le cas contraire. Avec ces deux solutions, chacun y trouvait son compte. A Paris, on a jugé que c’était trop simple, et seul le Consulat est habilité à tamponner ce document, obligeant ainsi les « anciens », pas toujours bien portants, à se déplacer.

 

Lorsque l’on sait qu’au Pays du Sourire, entre le visa annuel, le visa d’entrée et de sortie, les pointages trimestriels à l’Immigration, on a peu de chance de passer sous les radars, cette décision prêterait plutôt à sourire si elle n’entraînait pas, en période de pandémie, des risques inutiles pour les personnes fragiles. Michel Hermann, relate dans cette Chronique, sa visite à l’Ambassade de France à Bangkok. Bonne lecture donc.

 

Cela faisait longtemps ; l’Ambassade était là,
Discrète et bien cachée, derrière ses hauts murs.
Je me réjouissais de voir quelques vies au-delà
De cette frontière, d’entendre les murmures,

 

Même compassés, des fonctionnaires français,
D’accepter leur bienveillance ou leur mépris ;
D’entrer dans notre maison France bien aimée,
Et de sentir les humeurs de notre patrie.

 

La Covid, hélas, en a décidé autrement.
Prétexte ou nécessité, la forteresse
A renforcé ses murailles. Dans un moment
De défiance, elle a construit, la pauvresse,

 

Un bunker extérieur, isolant l’inconnu
De l’élite : celui qui a un besoin urgent
D’un « Certificat de vie » ou de revenus,
De copies conformes et autres documents.

 

Ne nous plaignons pas : tout y est plus rapide.
C’est sur rendez-vous. Aux deux uniques guichets,
Les sourires sont là et les agents placides ;
Dans la pièce exiguë, c’est inespéré…

 

J’étais ici pour mon « Certificat de vie »,
Comme tout retraité vivant à l’étranger.
Les règles ont changé, absurdes, c’est ainsi…
Avant, les autorités locales certifiaient

 

Notre présence. Au vrai, entre le visa
Annuel, le visa de sortie et d’entrée,
Les pointages obligatoires tous les trois mois
Auprès de l’Immigration thaïe, nos décès

 

Ne peuvent passer sous les radars ! Impotents,
Insuffisants respiratoires, malades,
Pouvaient ainsi faire signer leur document
Sans se déplacer, s’évitant une balade

 

Fastidieuse et risquée à la capitale.
Fâcheusement, certains responsables locaux,
Refusent de signer cette « preuve » vitale,
Faute d’en comprendre le sens et les mots.

 

Petite affaire me direz-vous ! Mais en France,
Les choses simples prennent un chemin compliqué,
Voire ubuesque, surtout lorsque la distance
Sépare les décideurs des administrés.

 

Car au lieu d’autoriser la validation
Du document par les Thaïs et le Consulat,
L’administration française a choisi l’option
La moins pratique, l’unique …, le Consulat !

 

Pour qu’elle étrange raison ce choix s’est-il fait ?
Nul ne le sait. Ainsi les élus de tout bord
Repartent en campagne, comme par le passé :
Négocier, renégocier, encore et encore….

 

Michel Hermann

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus