Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
https://treirb.net
deneme bonusu veren bahis siteleri
https://www.getbetbonus.com
Home Accueil THAÏLANDE – FRANCE : Voici ce que les professionnels français du tourisme réclament pour survivre face à la pandémie

THAÏLANDE – FRANCE : Voici ce que les professionnels français du tourisme réclament pour survivre face à la pandémie

Journaliste : Rédaction Date de publication : 26/01/2022
0

tour eiffel France

 

Nous reproduisons ici la note adressés par l’Ahtop, organisation des professionnels français du tourisme aux autorités. De quoi inspirer certaines demandes en Thaïlande.

 

Deux ans après le début de la pandémie, l’industrie touristique est toujours en péril. Les aides gouvernementales, aussi salutaires soient-elles, ne permettent pas aux acteurs de faire face à une multitude de faillites. L’AhTop et ses partenaires appellent le Gouvernement à mettre en place un dispositif d’indemnisation sectorielle pour les entreprises du tourisme, s’élevant à 30% de leurs pertes depuis le mois de mars 2020 tenant compte de l’ensemble des dispositifs qui ont été mis en place par ailleurs.

 

Ces lundi 3 et mardi 4 janvier 2022, le ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, a présenté de nouveaux dispositifs de soutien aux entreprises en difficulté. La prise en charge des coûts fixes sera élargie à l’ensemble des entreprises du tourisme subissant une perte d’au moins 50% de leur chiffre d’affaires. Nos entreprises pourront avoir au cas par cas la possibilité de repousser leurs premières échéances de remboursement des Prêts Garantis par l’État à fin 2022 et d’étaler les remboursements sur 10 ans, contre six ans initialement. Or, cette prolongation, en l’état, signe notre arrêt de mort car elle condamne les établissements qui en bénéficieront à intégrer la liste des « non-performing loans », c’est-à-dire celle des établissements dont le crédit devient risqué. Ainsi, une entreprise ayant bénéficié de cet étalement non-automatique sur dix ans ne sera ensuite plus en mesure d’investir pour développer son entreprise pendant de nombreuses années.

 

Ces nouvelles mesures sont la preuve que la puissance publique reconnaît les difficultés rencontrées par l’industrie touristique depuis deux ans. Toutefois, elles ne permettront pas à nos entreprises d’entrevoir la sortie de crise et d’éviter les faillites. L’industrie touristique, moteur de nos économies, est en péril Le secteur du tourisme est composé, en très grande majorité, de TPE et PME. Autant de structures, souvent familiales, qui contribuent à la vitalité économique et sociale de notre pays et à faire de la France la 1ère destination mondiale, avec 90 millions de visiteurs étrangers en 2019 et un excédent commercial proche de 20 milliards.

 

Les entreprises du tourisme ont perdu, en moyenne, 50% à 60% de leur chiffre d’affaires mensuel depuis le mois de mars 2020. Elles survivent aujourd’hui grâce aux emprunts colossaux qu’elles ont été obligées de souscrire depuis le début de la crise sanitaire. Au-delà même des pertes, cette dette « Covid » obère leur avenir.

 

Les réponses apportées par le Gouvernement ne sont plus adaptées à la crise longue et structurelle que nous traversons depuis deux ans. Nos entreprises ne pourront faire face au remboursement.

 

Sur une forme identique à ce qui a été mis en place par le FDS de janvier à juin 2021. la dette « Covid » et notamment des PGE sans déposer le bilan ou altérer durablement notre capacité d’investissement, aux dépens de la « Destination France ». À l’inverse, nos voisins européens, qui ont fait le choix de régimes d’aides ciblant la compensation des dommages subis, pourront en effet gérer la sortie de crise et continuer à investir sans crouler sous les dettes.

 

L’indemnisation sectorielle, solution permettant un ciblage fin des besoins, est l’unique solution pour sauver nos entreprises de la faillite.

 

Nous ne pouvons plus nous satisfaire de demi-mesures. Le secteur du tourisme a aujourd’hui besoin d’engagements forts et immédiats de la part du Gouvernement, afin de mettre définitivement derrière lui la dette « Covid », de continuer à investir et de retrouver l’excellence de notre accueil, de notre savoir-faire en termes d’hospitalité « à la française » et de l’organisation d’événements de toutes natures.

 

En ce sens, nous appelons le Gouvernement à introduire un dispositif d’indemnisation sectorielle de nos entreprises, s’élevant à 30% de nos pertes depuis le mois de mars 2020 tenant compte des dispositifs reçus par ailleurs (FDS, aides à couts fixes, exonération de charges).

 

À deux ans des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris – et alors que la crise sanitaire connaît un regain qui affecte ce secteur plus que tout autre – cette mesure de bon sens est l’unique solution pour sauver l’industrie touristique française et le secteur de l’évènementiel, premiers viviers d’emplois non délocalisables et non délocalisés de notre pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus