Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Home Accueil THAÏLANDE – SOCIÉTÉ : Bangkok accusé de collaborer avec ses voisins pour réprimer les dissidents

THAÏLANDE – SOCIÉTÉ : Bangkok accusé de collaborer avec ses voisins pour réprimer les dissidents

Date de publication : 22/05/2024
0

Prison Thaïlande

 

Les autorités thaïlandaises collaborent avec les gouvernements voisins pour prendre des mesures contre les réfugiés et les dissidents étrangers, selon un rapport de Human Rights Watch publié le 15 mai. Les dissidents étrangers en Thaïlande sont devenus des pions dans un “marché d’échange” où ils sont échangés contre des critiques du gouvernement thaïlandais vivant à l’étranger.

 

Le rapport intitulé “Nous pensions être en sécurité : Répression et refoulement des réfugiés en Thaïlande” décrit la montée de la répression par les autorités thaïlandaises contre les étrangers cherchant protection en Thaïlande. Des dissidents et militants exilés y sont soumis au harcèlement, à la surveillance et à la violence physique, souvent avec la coopération ou la connaissance des autorités locales. Plusieurs cas montrent des arrestations et expulsions de demandeurs d’asile sans procédure régulière vers leur pays d’origine.

 

“Les autorités thaïlandaises se sont de plus en plus engagées dans un marché d’échange avec les gouvernements voisins pour échanger illégalement leurs dissidents”, a déclaré Elaine Pearson, directrice pour l’Asie à Human Rights Watch. “Le Premier ministre thaïlandais Srettha Thavisin devrait rompre avec cette pratique et poursuivre en justice les responsables thaïlandais qui collaborent injustement avec des gouvernements étrangers sur le sol thaïlandais.”

 

Le terme “répression transnationale” décrit les efforts des gouvernements pour faire taire ou dissuader la dissidence en commettant des violations des droits humains contre leurs ressortissants ou des membres de la diaspora hors de leur juridiction.

 

Human Rights Watch a analysé 25 cas en Thaïlande entre 2014 et 2023 et a mené 18 entretiens avec des victimes, leurs familles, des témoins et des représentants d’ONG locales et internationales. Les gouvernements responsables incluent des pays de l’ASEAN, la Chine et Bahreïn.

 

Un cas illustratif selon Human Rights Watch est celui d’un dissident cambodgien ayant fui vers la Thaïlande en juillet 2022, qui a commencé à recevoir des lettres de responsables cambodgiens l’exhortant à quitter le principal parti d’opposition. En août 2023, après des mois de harcèlement, il a été attaqué par des hommes non identifiés. “Ils ne m’ont rien dit, ils sont juste sortis et ont commencé à me battre”, a-t-il déclaré.

 

Ces dernières années, des dissidents vietnamiens ont été traqués et enlevés en Thaïlande, des défenseurs de la démocratie au laos ont été victimes de disparitions forcées ou tués, et un militant LGBTI malaisien a été ciblé pour être rapatrié. Les autorités thaïlandaises ont également expulsé illégalement des dissidents chinois, apparemment à la demande de Pékin. Un footballeur professionnel bahreïnien avec le statut de réfugié australien a failli être renvoyé à Bahreïn par les autorités thaïlandaises.

 

Simultanément, plusieurs militants thaïlandais ont été tués ou ont disparu au Cambodge, au Laos et au Vietnam. Les corps mutilés de deux militants disparus ont été retrouvés dans le fleuve Mékong.

 

Les accords de “marché d’échange” se sont multipliés sous le gouvernement militaire du Conseil national thaïlandais pour la paix et l’ordre, en place après le coup d’État de mai 2014, et ont continué sous le gouvernement post-2019 du Premier ministre Prayut Chan-ocha.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus