test
Home Accueil THAÏLANDE – SOCIÉTÉ : Deux activistes libérés sous caution après 105 jours de détention

THAÏLANDE – SOCIÉTÉ : Deux activistes libérés sous caution après 105 jours de détention

Date de publication : 30/05/2024
0

 

Le 28 mai, les autorités ont libéré sous caution les militants thaïlandais Natthanon “Frank” Chaimahabud et Tantawan “Tawan” Tuatulanon après plus de trois mois de détention. Elles les accusaient de sédition et d’autres infractions liées à un incident impliquant un cortège royal en février dernier.

 

Les militants ont mené une grève de la faim de plus de 60 jours, ce qui a nécessité leur transfert à l’hôpital de l’Université Thammasat. Lundi, le tribunal a approuvé la demande de libération sous caution de Mme Tantawan, moyennant une caution de 100 000 bahts en espèces et le port d’un bracelet électronique de surveillance.

 

Cependant, la libération de Mme Tantawan a rencontré des complications. En sortant de l’hôpital pour se rendre au tribunal pénal afin d’être équipée du bracelet, elle a été arrêtée par la police sur une nouvelle accusation. Les autorités lui reprochaient d’avoir soutenu un homme qui avait peint le slogan “Pas de 112” sur le mur du temple du Bouddha d’Émeraude à Bangkok en mars de l’année dernière.

 

Après des négociations, la police a accepté de ne pas arrêter Mme Tantawan pour le moment, lui permettant de se présenter plus tard au poste de police de Phra Ratchawang pour reconnaître l’accusation.

 

Toutefois, après son retour à la prison centrale pour femmes afin de finaliser les documents de libération, la situation a de nouveau changé. Un véhicule de police est arrivé pour l’emmener au poste, accompagné de son avocat, et les discussions se poursuivaient sur place.

 

Contexte de l’arrestation et accusations

 

Pour avoir réalisé un sondage demandant aux habitants si les cortèges royaux causaient des désagréments, les autorités accusent également Mme Tantawan de lèse-majesté en vertu de l’article 112 du Code pénal.

 

Les autorités accusent les deux militants des incidents survenus le 4 février lors d’un cortège transportant Son Altesse Royale la Princesse Maha Chakri Sirindhorn. M. Natthanon a klaxonné à plusieurs reprises et tenté de dépasser une voiture de police, et Mme Tantawan s’est disputée avec un officier lors de leur interpellation. Ils ont été arrêtés le 13 février et étaient détenus depuis.

 

Les avocats de M. Natthanon ont obtenu l’approbation de sa demande de libération sous caution le 28 mai après-midi, avec une caution de 100 000 bahts. La police s’était initialement opposée à cette libération, craignant qu’il ne manipule des preuves pendant l’enquête. Cependant, les avocats ont argumenté que l’enquête était terminée, et le tribunal a convenu que ce risque n’était plus d’actualité.

 

Le 22 mai, à l’occasion du 10e anniversaire du coup d’État militaire, Thai Lawyers for Human Rights (TLHR) a soumis des demandes de libération sous caution pour 19 détenus politiques, dont certains accusés en vertu de l’article 112, en attente de jugement ou faisant appel de leur condamnation. Les tribunaux examinent encore ces dernières demandes.

 

Le droit à la libération sous caution pour les suspects en attente de jugement dans des affaires politiques était l’une des revendications des grévistes de la faim, dont Mme Tantawan et M. Natthanon. Leur camarade de 28 ans, Netiporn “Boong” Sanesangkhom, est décédée le 14 mai d’une crise cardiaque après que sa grève de la faim l’avait considérablement affaiblie.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus