Home Accueil THAÏLANDE – CHRONIQUE : « À l’ombre des rizières, les alambics… »

THAÏLANDE – CHRONIQUE : « À l’ombre des rizières, les alambics… »

Journaliste : Michel Hermann Date de publication : 30/06/2022
0

Les citadins l’ignorent souvent, mais dans les campagnes thaïlandaises, les alambics tournent à plein, et le vin et l’alcool de riz local coulent à flots. Chaque célébration, mariage, funérailles, anniversaire, retraite bouddhiste des jeunes et moins jeunes, sont l’occasion d’arroser l’évènement lors de « Tamboons » festifs et bruyants, qui peuvent durer plusieurs jours.

 

L’alcool de riz, le « Lao Khao », qui titre 80 degrés, vient de la distillation du vin de riz, -appelé « Lao Hai » ou « Sato » selon les régions-, obtenu par fermentation du riz gluant.

 

Le riz gluant est stocké dans des jarres, souvent en plastique, mélangé à une levure (100 gr de levure pour 3 kg de riz) et du sucre pendant trois jours. Pour la levure, chacun a sa recette : chez Pa Tong, distillerie artisanale agréée de Sukhothai, la levure est obtenue à partir de poudre de riz gluant, mélangée à du poivre, du piment séché, de l’ail, et de quelques épices.

 

Préparation de la levure

 

On y ajoute ensuite 20 litres d’eau. Le mélange poursuit sa fermentation pendant sept jours environ. Une fois le liquide filtré, on obtient 18 litres de ce fameux vin de riz de couleur blanche opaque, légèrement sucré. A Sukhothai, il est appelé « Nam Khao ». Ce dernier peut être vendu en l’état ou prendre le chemin d’un alambic, où il est distillé pendant six heures. Ici, les alambics sont chauffés par des fours à bois. Il faut 180 litres de vin de riz pour obtenir 30 litres d’eau-de-vie.

 

Fours à bois et alambics

 

Pa Tong, qui a quatre alambics, simples et rustiques, peut produire 200 litres de « Lao Khao » quotidiens. Mis en bouteilles d’un demi-litre ou en sachets plastiques (idem), il est vendu 35 bahts à la demande et en boutique. Le vin de riz coûte 40 bahts le litre.

Bouteille d'un demi-litre de Lao Khao

 

Vous en saurez plus en lisant cette Petite Chronique. À déguster avec modération….

 

Le bâtiment discret, qui longe le canal,
Abrite des trésors, à l’ombre des rizières.
Peu connus des urbains, mais ici, c’est banal,
Des alambics distillent l’alcool des chaumières.

 

Les paysans, habiles, sont tous bouilleurs de cru :
La plupart clandestins, d’autres autorisés.
Vin et alcool de riz, sont si répandus,
Qu’on les boit entre amis, comme du petit lait…

 

Produits en continu, ou bien pour l’occasion,
Ces joyeux nectars sont de toutes les fêtes.
Meilleure qualité, large consommation,
Les alambics planqués, sortent de leur cachette…

 

Les coopératives, ici « communautés »,
Des villes et villages, ont leurs distilleries,
Rustiques et sommaires. L’alcool de riz patenté,
Titre quatre-vingts degrés : divine eau-de-vie…

 

Chez Pa Tong, l’un des distillateurs agréés,
Quatre alambics produisent le « Lao Khao »,
A partir du vin de riz gluant fermenté ;
Deux-cents litres par jour : du stock pour les accros !

 

Le vin de riz, nommé « Lao Hai » ou « Sato »
Selon les régions, fait plus ou moins six degrés.
Facile à faire, peut couteux, il coule à flots
Ici, où l’on se grise ainsi à peu de frais…

 

À Sukhothaï comme ailleurs, les distilleries
Sont légion. Les fêtes, pour un oui, pour un non,
Avec famille, voisins, étrangers, amis,
S’arrosent au fil des mois ; nul besoin d’occasion…

 

 

Remplissage d'une bouteille de vin de riz

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus