Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil ASIE – ÉCONOMIE: La Covid-19, grande destructrice d’emplois asiatiques

ASIE – ÉCONOMIE: La Covid-19, grande destructrice d’emplois asiatiques

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : 23/12/2020
0

La crise liée à la pandémie de Covid-19 a détruit près de 81 millions d’emplois en Asie-Pacifique en 2020. D’après un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT), le nombre d’heures travaillées aurait diminué de 15,2% au 2ème trimestre et de 10,7% au 3ème trimestre 2020 en comparaison des niveaux pré-pandémie.

 

La baisse massive du temps de travail due à la crise COVID-19 a eu un effet dévastateur sur les emplois et les revenus en Asie et dans le Pacifique, selon un nouveau rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT).

 

Le taux d’inactivité dans la région pourrait passer de 4,4% en 2019 à près de 5,7% en 2020. Les jeunes sont particulièrement touchés par les destructions d’emplois. Une autre conséquence de la crise est la baisse des salaires qui atteint près de 10% en Asie-Pacifique sur les trois premiers trimestres 2020. Entre 22 et 25 millions de personnes pourraient tomber en situation de pauvreté avec des revenus inférieurs à 1,90 USD par jour.

 

Impact de la crise considérable

 

Selon les Perspectives sociales et de l’emploi en Asie-Pacifique 2020 : Naviguant la crise vers un avenir du travail centré sur l’homme, le contrecoup économique de la pandémie COVID-19 a fait disparaître quelque 81 millions d’emplois en 2020. Dans presque toutes les économies pour lesquelles des données trimestrielles sont disponibles pour 2020, les niveaux d’emploi se sont contractés par rapport à 2019.

 

L’impact de la crise a été considérable, le sous-emploi ayant fait un bond en avant, des millions de travailleurs étant contraints de travailler avec des horaires réduits ou de ne pas travailler du tout. Dans l’ensemble, on estime que le temps de travail en Asie et dans le Pacifique a diminué de 15,2 % au deuxième trimestre et de 10,7 % au troisième trimestre de 2020, par rapport aux niveaux d’avant la crise.

 

La création d’emplois s’est effondrée

 

Les pertes d’heures de travail sont également influencées par les millions de personnes qui se retrouvent hors de la population active ou au chômage lorsque la création d’emplois dans la région s’est effondrée. En utilisant les données trimestrielles disponibles, le rapport fournit une estimation préliminaire selon laquelle le taux de chômage régional pourrait passer de 4,4 % en 2019 à un niveau compris entre 5,2 % et 5,7 % en 2020.

 

“La COVID-19 a infligé un coup de marteau sur les marchés du travail de la région, un coup que peu de gouvernements de la région étaient prêts à gérer. Les faibles niveaux de couverture sociale et les capacités institutionnelles limitées dans de nombreux pays ont rendu difficile l’aide aux entreprises et aux travailleurs, une situation aggravée par le fait qu’un grand nombre d’entre eux restent dans l’économie informelle. Ces faiblesses d’avant la crise ont laissé un trop grand nombre de personnes exposées à la douleur de l’insécurité économique lorsque la pandémie a frappé et a infligé son tribut aux heures de travail et aux emplois”, a déclaré Mme Chihoko Asada Miyakawa, sous-directrice générale et directrice régionale de l’OIT pour l’Asie et le Pacifique.

 

Les femmes et les jeunes sont touchés de manière disproportionnée

 

Selon le rapport, la plupart des pays de la région ont connu une baisse du temps de travail et de l’emploi des femmes plus importante que celle des hommes. En outre, les femmes sont plus susceptibles de devenir inactives que les hommes. Les jeunes ont également été particulièrement touchés par le temps de travail et les pertes d’emploi. La part des jeunes dans la perte globale d’emploi était de 3 à 18 fois plus élevée que leur part dans l’emploi total.

 

“Le rapport montre clairement que les jeunes et les femmes sont poussés à quitter le travail par rapport aux autres travailleurs”, déclare Mme Sara Elder, économiste principale au Bureau régional de l’OIT pour l’Asie et le Pacifique et auteur principal du rapport. “Avec l’augmentation du chômage, les jeunes travailleurs risquent d’avoir du mal à être compétitifs pour les nouveaux emplois. Lorsqu’ils trouveront un emploi, il se pourrait bien que ce soit un emploi qui ne corresponde pas à leurs aspirations. Des millions de femmes ont également payé un prix élevé et il pourrait s’écouler des années avant que celles qui ont quitté la population active ne retrouvent le plein emploi”.

 

Le revenu du travail, autre victime de la crise

 

Avec la diminution des heures de travail rémunérées, les revenus médians sont en baisse. Dans l’ensemble, on estime que les revenus du travail ont chuté de pas moins de 10 % dans la région Asie-Pacifique au cours des trois premiers trimestres de 2020, ce qui équivaut à une perte de 3 % du produit intérieur brut. Une autre conséquence est l’augmentation des niveaux de pauvreté des travailleurs. En chiffres absolus, les estimations préliminaires du rapport indiquent que 22 à 25 millions de personnes supplémentaires pourraient tomber dans la pauvreté des travailleurs, ce qui porterait le nombre total de travailleurs pauvres (vivant avec moins de 1,90 $ par jour) dans la région Asie-Pacifique à entre 94 et 98 millions en 2020.

 

Le rapport avertit également qu’étant donné l’ampleur des dommages causés aux marchés du travail, la taille globale de la réponse fiscale dans la région a été insuffisante, en particulier dans les économies en développement de la région. En raison des écarts de dépenses budgétaires, la crise risque d’exacerber les inégalités entre les pays d’Asie et du Pacifique.

 

Retrouvez ici le rapport du BIT.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus