test
Home Accueil ASIE – GÉOPOLITIQUE : Que veut dire aujourd’hui « être solidaires » au niveau mondial ?

ASIE – GÉOPOLITIQUE : Que veut dire aujourd’hui « être solidaires » au niveau mondial ?

Date de publication : 02/10/2023
2

78ème AGNU

 

Notre collaborateur et chroniqueur Ioan Voicu a passé sa carrière de diplomate à nouer des compromis en vue de faire émerger des solutions acceptables par toutes les parties. C’est à ce prix qu’une réelle solidarité mondiale peut exister. Mais est-elle possible en 2023 ?


La solidarité mondiale peut-elle être ravivée ?

 

Par Ioan Voicu

 

Observations préliminaires

 

L’actuelle 78e session de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) se déroule sous le thème général composite « Reconstruire la confiance et raviver la solidarité mondiale : accélérer l’action sur l’Agenda 2030 et ses objectifs de développement durable en faveur de la paix et de la prospérité, progrès et durabilité pour tous ».

 

Sensible à ce thème complexe, le Secrétariat de l’ONU a publié des rapports spéciaux contenant des références directes à la solidarité, tandis que le Secrétaire général de l’ONU lui-même a souligné à plusieurs reprises, en termes clairs, l’impératif de promouvoir la solidarité mondiale, en particulier dans le contexte du développement durable.

 

Dans une note d’orientation publiée le 9 mars 2023 sous le titre « Penser et agir pour les générations futures », le Secrétariat de l’ONU a fourni un certain nombre de suggestions et de mesures pratiques pour garantir que la solidarité intergénérationnelle devienne l’étoile directrice des objectifs de développement durable (ODD) et le renouvellement du système multilatéral.

 

Le 19 septembre 2023, dans sa déclaration devant l’AGNU, le Secrétaire général Antonio Guterres a affirmé qu’« il est grand temps de renouveler les institutions multilatérales fondées sur les réalités économiques et politiques du 21e siècle – enracinées dans l’équité, la solidarité et l’universalité et ancrées dans les principes de la Charte des Nations Unies et le droit international ».

 

Malheureusement, le thème de la solidarité en tant que tel n’a même pas été mentionné dans de nombreuses déclarations faites par les délégations des États membres lors du débat général de l’AGNU. Heureusement, le concept et la valeur de la solidarité ont été fréquemment cités, mais souvent sans des précisions substantielles, dans les déclarations faites par les pays en développement.

 

Dans ces pages, nous devons limiter notre analyse aux seules références faites à la solidarité par les membres permanents du Conseil de sécurité et par certains pays asiatiques avec une attention particulière aux membres de l’ASEAN, tout en respectant dans tous les cas la terminologie originale utilisée dans les textes officiellement diffusés par le Secrétariat de l’ONU.

 

Agir en solidarité

 

Le premier membre permanent du Conseil de sécurité à mentionner la solidarité lors du débat général de l’AGNU a été la France qui a évoqué la solidarité à huit reprises, déclarant entre autres que « Notre action de solidarité, c’est celle d’un pays qui sera toujours engagé pour la promotion  et la défense des droits de l’Homme. En décembre prochain, nous célébrerons le 75ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, à Paris et à Genève. Ce sera l’occasion de rendre hommage à celles et à ceux qui luttent pour défendre les droits et libertés, pour sauvegarder la dignité humaine, ces droits qui nous aspirent tous sous toutes les latitudes. »

 

Le deuxième membre permanent du Conseil de sécurité qui a évoqué la solidarité était la Russie, mais seulement en citant le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui a déclaré « lors d’une conférence de presse à la veille de la session en cours, “si nous voulons une paix et une prospérité fondée sur l’égalité et la solidarité, alors les dirigeants ont la responsabilité particulière de parvenir à un compromis pour concevoir notre avenir commun pour le bien commun”.

 

De la part des grandes puissances émergentes, la déclaration la plus remarquable en matière de solidarité a été celle prononcée par la délégation de Bharat (Inde), qui a commencé par exprimer « son plein soutien au thème de la 78ème Assemblée générale des Nations Unies « Reconstruire la confiance et raviver la solidarité mondiale ». Sur le fond, Bharat a déclaré dans les termes les plus forts : « Lorsque la réalité s’écarte de la rhétorique, nous devons avoir le courage de le dénoncer. Sans une véritable solidarité, il ne peut jamais y avoir de véritable confiance. C’est tout à fait le sentiment du Sud global ».

 

Un segment très pertinent sur la solidarité était présent dans la déclaration de l’Indonésie qui assure la présidence de l’ASEAN pour 2023. La délégation indonésienne a construit sa déclaration dans l’esprit de la Conférence de Bandung ou Conférence Asie-Afrique en 1955. Des idées d’actualité ont été formulées telles que : « La solidarité  mondiale et la responsabilité collective sont la seule réponse pour remédier au déficit de confiance et aux inégalités mondiales.[….]La Conférence de Bandung a rappelé à chaque pays ses droits et ses responsabilités égaux, dans le maintien de la paix et de la stabilité, l’intégration d’une coopération gagnant-gagnant et la défense de la solidarité. […..] Nous nous trouvons à nouveau à un carrefour stratégique, comme en 1955. Le déficit de confiance réapparaît, le manque de solidarité refait surface, ces situations ont entravé la réalisation des ODD, en particulier pour les pays du Sud. La question est de savoir si nous avons vraiment avoir l’engagement de rétablir la confiance, de raviver la solidarité mondiale et d’atteindre ensemble la cible des ODD. ?[…]La délégation indonésienne a également posé et répondu à la question de base : « comment pouvons-nous reconstruire la confiance et raviver la solidarité mondiale conformément à ce que nous avons envisagé à travers l’esprit de Bandung ?[…]Les principaux éléments de réponse sont : « PREMIÈREMENT, forger un leadership mondial collectif.[…]DEUXIÈMEMENT, prôner le développement pour tous. (Souligné dans le texte original)

 

Commentant ces éléments, la délégation indonésienne a rappelé avec lucidité que l’architecture mondiale d’aujourd’hui ne profite qu’à quelques privilégiés, que la discrimination commerciale à l’égard des pays en développement continue de se produire, que la chaîne d’approvisionnement mondiale est monopolisée par certains pays et que de nombreux pays en développement pourraient ne pas atteindre les ODD d’ici 2030. Ils sont également confrontés à des dettes extérieures et au financement du développement.

 

La conséquence est que tous ces faits contribueraient à « éroder la confiance et la solidarité. Il est donc temps d’opérer un véritable changement ».

 

Avant de conclure, la délégation indonésienne a invité le public de l’ONU à prêter attention à certaines exigences liées à la réforme du système multilatéral de l’ONU, sur laquelle de nombreuses propositions ont été formulées au fil des ans : « Mais nous sommes encore loin d’arriver à quelque chose. Le meilleur moment pour agir est peut-être déjà passé. Mais le deuxième meilleur temps, c’est maintenant ».

Le dernier appel lancé par l’Indonésie est vibrant : « Traduisons notre engagement en actions. Le Sommet de l’Avenir de 2024 ne peut échouer. La confiance et la solidarité doivent faire partie de ces efforts ».

 

Le délégué de la Malaisie n’a évoqué qu’une seule fois la solidarité dans sa déclaration nationale, mais cela a été fait dans un contexte très pertinent, comme suit : « Nous devons incarner les valeurs d’acceptation, de tolérance et de respect mutuel. Nous devons promouvoir la compréhension et la coopération interculturelles, inter-civilisationnelles et interreligieuses. Nous devons unir nos croyances dans une cause commune pour promouvoir la compréhension et la bonne volonté entre nos peuples et renforcer la paix et l’harmonie entre les nations. Il s’agit en effet d’un défi de taille, mais c’est précisément la raison pour laquelle nous sommes ici. Je crois sincèrement qu’aucun défi, aussi formidable soit-il, n’est insurmontable si nous obtenons l’engagement collectif de cette communauté mondiale, des États membres de cette auguste institution. Ce dont nous avons besoin, c’est de confiance et de conviction pour rendre le monde meilleur, de la volonté de travailler ensemble sur une plate-forme de consensus et de solidarité ».

 

La délégation de Singapour a rappelé que notre monde est un endroit troublé. La pandémie de COVID-19 a constitué un test mondial d’équité, de gouvernance et de préparation. « Mais franchement, notre monde a échoué. Nous sommes toujours confrontés à ses séquelles – dans les domaines de la santé et de l’éducation, ainsi qu’à son impact à long terme sur notre économie mondiale et sur la solidarité mondiale ».

 

Une idée similaire a été développée dans la déclaration faite par la délégation thaïlandaise, selon laquelle « L’ONU représente l’aspiration commune de la communauté mondiale. Nous devons redoubler d’efforts pour garantir que l’organisation continue d’être la meilleure représentation de notre humanité et de notre solidarité collectives”.

 

La délégation du Brunei Darussalam a évoqué le thème de l’AGNU 2023, « Reconstruire la confiance et raviver la solidarité mondiale ». À son avis, ce thème s’appuie sur la vision du Secrétaire général pour l’avenir du multilatéralisme, qui répondra mieux et servira mieux les peuples et la planète et qui remettra le monde sur la bonne voie avec les ODD. Néanmoins, dans notre monde moderne de plus en plus interconnecté, « la confiance et la solidarité ne peuvent être instaurées qu’avec tolérance et respect ».

 

Une déclaration élaborée sur la solidarité contenant 10 références littérales à ce terme a été prononcée par les Philippines sous le titre « Solidarité pour les ODD et un ordre juste, équitable et fondé sur des règles ». Selon les Philippines, « le thème de l’Assemblée de cette année encadre un débat mondial sur la solidarité et la confiance en tant que catalyseurs essentiels de l’action mondiale ». En outre, il est souligné expressis verbis que « une plus grande solidarité et une plus grande confiance naissent également de triomphes partagés : elles prospèrent. De plus, lorsque le multilatéralisme fonctionne, ils s’affaiblissent lorsque nos institutions mondiales ne parviennent pas à distribuer des dividendes qui profitent à tous. […] Nous reconnaissons le rôle des organismes juridiques internationaux dans la promotion d’une plus grande solidarité autour des valeurs qui sous-tendent les Nations Unies ».

 

Face au changement climatique, la délégation des Philippines a affirmé ce qui suit : « Nous avons besoin de solutions décisives, responsables, justes et durables qui prennent soin des populations et protègent les personnes qui ont le moins contribué au réchauffement climatique, mais qui sont les plus vulnérables en raison de leur géographie. C’est le sens de la solidarité dans l’action climatique. [….] Nous sommes solidaires des États insulaires ».

 

Il convient de noter que la même délégation a souligné également les aspects suivants : « La solidarité jette les bases de la coopération internationale alors que nous renforçons le système mondial de sécurité sanitaire, en suivant les leçons de la pandémie de Covid19 ». La délégation a également « fait écho à l’appel à la solidarité pour favoriser et faire progresser une architecture multilatérale qui promeut l’État de droit et répond aux défis urgents de ce siècle ».

 

Il convient de noter que les références spécifiques à la nécessité de promouvoir la solidarité intergénérationnelle sont absentes des déclarations analysées ci-dessus, malgré le fait de notoriété publique que sans solidarité au niveau familial, collectif, national, régional et international, la tangibilité de la solidarité mondiale  ne restera qu’une noble aspiration lointaine.

 

Toutefois, cette réalité ne doit pas décourager les initiatives orientées vers l’action, si la volonté politique est disponible. Nous nous associons à cet égard à la délégation d’un État africain – la République Gabonaise – qui a déclaré : « Nous devons faire face à la crise de solidarité internationale qui alimente les crises sous-jacentes sur les plans économiques, humanitaires, sanitaires ou alimentaires. Nous ne pouvons pas relever ces défis du siècle présent avec les outils d’un autre siècle ».

 

La même délégation a formulé également l’avertissement suivant : « Le multilatéralisme doit prévaloir sur les postures unilatéralistes. Et la logique du dialogue doit sans cesse prévaloir sur la logique d’antagonisme et de zones d’influence ». […] Pour terminer, je voudrais souligner notre exigence de réponse aux générations présentes et futures. Cette solidarité intergénérationnelle est une exigence morale envers ceux qui n’auront pas d’autre choix que d’hériter des conséquences de nos choix d’aujourd’hui. Nous leur devons une réponse qui soit à la dimension de leurs peurs, de leurs besoins et de leurs légitimes aspirations à vivre en paix dans la dignité et la prospérité ».

 

Conclusion

 

L’objectif de raviver la solidarité mondiale et d’accélérer l’action sur le Programme de développement durable à l’horizon 2030 des Nations Unies est une entreprise complexe et ambitieuse, mais elle n’est pas irréaliste. Cependant, la réalisation des ODD nécessite de nouveaux efforts concertés de la part de tous les gouvernements, des organisations internationales, de la société civile et du secteur privé. De véritables partenariats entre tous ces acteurs sont essentiels à la réalisation des ODD.

 

Mais les tensions géopolitiques, les différends commerciaux et les conflits actuels peuvent entraver la coopération internationale et affecter fortement la solidarité. Ces défis doivent être relevés de toute urgence et avec succès pour trouver des solutions mondiales efficaces. En outre, l’absence de volonté politique pour promouvoir une véritable solidarité risque d’avoir un impact négatif sur la coopération mondiale elle-même.

 

Un espoir modéré peut encore être exprimé : si le Sommet des Nations Unies pour l’avenir de 2024 est correctement préparé et si ses recommandations sont le résultat d’un véritable consensus mondial, la relance de la solidarité mondiale pourrait avoir la chance de tomber entre des mains diplomatiques plus efficaces, capables de diriger à un multilatéralisme fructueux pour tous.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

2 Commentaires

  1. “Litanie, Liturgie, Léthargie”, cette loi des trois L qu’Edgard Faure avait naguère forgé pour ridiculiser nos routines budgétaires et les fameux rapports de la Cour des comptes non suivis d’effets non seulement n’a pris aucune ride mais s’est étendue à l’échelle mondiale. Le fait n’est pas nouveau et les chroniques régulières de Monsieur Voicu en sont une illustration : il faut que, nous devons, il est nécessaire de, l’objectif est de…; Il faut que… ; Nous devons …; L’objectif est de…; La formulation onusienne qu’il reprend à son compte est éloquent. Le droit international est comme on disait naguère dans les facultés de droit est un droit “mou”, un infra-droit, un droit proclamatoire, déclamatoire. Il ressemble un peu , dimension sacrée mise à part, aux encycliques papales. Le contenu n’est pas différent, les notions de solidarité, avant d’être laïcisées ( dont la France a été championne avec solidarisme de Léon Bourgeois, le service public de Léon Duguit, la sociologie d’Émile Durkheim, bref la IIIème République) remonte à des sources religieuses (catholicisme social) et énoncé dans nombre d’encycliques (Laudato si pour une des plus récentes et bien d’autres avant). La notion a été enrichie par celle de “générations futures”, elle aussi apparue dans les récentes encycliques et discours des papes. D’autant que, et avec cette nuance, du point du vue du Saint-Père, la contraception n’entre pas dans le logiciel romain. Une avalanche de déclamations restées lettres mortes d’autant qu’elles ne reçoivent la moindre mise en œuvre. Une phraséologie déclamatoire et déclaratoire appuyée par les pays du “sud global” dont l’effet premier est de culpabiliser le Nord mais de faire l’impasse sur la réalité des échanges commerciaux et financiers mondiaux qui alimentent les inégalités comme l’accumulation des richesses aussi bien au Sud et au Nord. Si pour beaucoup de juristes de droit international (Virally, Reuter, Sur, Pellet), la croyance partagée dans la répétition inlassable, (ad nauséam) des principes reconnus comme utopiques doivent être repris et répétés, ce qui s’expliquerait par l’hétérogénéité des systèmes politiques et économiques au niveau mondial et les formulations linguistiques différentes et la nécessité de produire des textes plus ou moins consensuels, pour acquérir un début de solidité effective. Monsieur Voicu, en connaisseur prudent, dissimule à peine son pessimisme et le terme est semble t-il insuffisant…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus