Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Home Accueil BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 11 au 17 décembre ?

BIRMANIE EXPRESS – ACTUALITÉS : Que retenir de l’actualité birmane du 11 au 17 décembre ?

Date de publication : 18/12/2023
1

José Ramos-Horta

 

Gavroche a sélectionné pour vous quelques nouvelles saillantes en Birmanie durant cette semaine écoulée. Un survol de l’actualité indispensable pour tous ceux qui s’intéressent à ce pays d’Asie du Sud-Est.

 

Politique, Diplomatie

 

Le régime militaire de Birmanie a été bousculé par le récent appel du président du Timor-Oriental, José Ramos-Horta, invitant les soldats de la junte à faire défection et à se ranger du côté du peuple de Birmanie, alors que les offensives de la résistance se multiplient dans le pays. Le gouvernement civil d’unité nationale (NUG) a publié cette semaine un clip vidéo du président du Timor-Oriental encourageant les soldats de l’armée de Birmanie à abandonner le régime. Après que le clip a été largement partagé sur les médias sociaux, le régime a réagi en publiant des remarques et des articles critiques à l’égard de Ramos-Horta. Mercredi 13 décembre, des nationalistes ont organisé une manifestation contre le président du Timor Oriental devant l’hôtel de ville de Rangoun. Le patron de l’Organisation de libération nationale Pa-O, Khun Okkar, a fait remarquer que le président du Timor Oriental s’était “déprécié” en se laissant “embaucher” par le NUG, ajoutant que sa déclaration revenait à s’ingérer dans les affaires intérieures et la souveraineté de la Birmanie.

 

L’Alliance des forces d’opposition au régime dément les rumeurs d’accord de paix avec la junte. Cette alliance a annoncé le 13 décembre qu’elle continuerait à se battre pour faire tomber le régime militaire de Birmanie, conformément aux souhaits du peuple, malgré sa participation à des pourparlers de paix en Chine. L’alliance de l’armée de l’Arakan, de l’armée de libération nationale Ta’ang (TNLA) et de l’armée de l’Alliance démocratique nationale de Birmanie, ainsi que de plusieurs groupes de résistance, a lancé l’opération 1027 le 27 octobre, infligeant d’importantes défaites au régime. Des pourparlers de paix sous l’égide de la Chine ont débuté cette semaine en Chine et Pékin a déclaré lundi 11 décembre qu’ils avaient donné des “résultats positifs”. Une source de l’Alliance de la Fraternité a déclaré à The Irrawaddy que les pourparlers n’avaient duré que 10 minutes et qu’aucun accord n’avait été conclu. L’alliance n’a fait aucun commentaire officiel sur les pourparlers.

 

L’Asean risque d’être prise “au dépourvu” si le régime militaire de Birmanie s’effondre, selon des analystes, certains estimant qu’il est “trop tôt” pour prédire la fin de la junte en raison des loyalistes de l’armée et de l’absence d’un commandement central dans l’opposition. L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) ne semble pas avoir de plan d’urgence, ajoutent les analystes, alors que la récente escalade de la guerre civile en Birmanie place le pays au bord du gouffre. Dans une interview accordée la semaine dernière, Zin Mar Aung, du gouvernement d’unité nationale (NUG), a souligné que le moral de la junte et de ses soldats était au plus bas, de nombreux soldats ayant fait défection. Les attaques coordonnées des principaux groupes de résistance ont permis de s’emparer de quatre points d’échange frontaliers avec la Chine, a-t-elle ajouté. Le NUG est le gouvernement de Birmanie en exil formé par les législateurs élus et les membres du parlement évincés lors du coup d’État d’il y a près de trois ans.

 

Économie

 

Dans son dernier rapport sur l’économie de la Birmanie, la Banque Mondiale s’attend à une croissance économique très amoindrie pour le pays pour l’année fiscale 2023/24 (avril à mars), soit environ 1% contre un taux à 3% prévu dans son précédent rapport (juin 2023). L’intensification du conflit depuis octobre, provoquant le déplacement d’environ 500 000 personnes (plus de 2 M depuis le coup d’État de février 2021), a aggravé les contraintes logistiques et commerciales qui, combinées à la volatilité du Kyat et une inflation persistante (anticipée à +20,1% g.a.), ont entraîné un net ralentissement de la croissance. Le poids de l’économie birmane reste ainsi inférieur de 10% à celui qui prévalait en 2019, faisant de la Birmanie le seul pays du sous-continent est-asiatique à ne pas avoir encore retrouvé son niveau d‘activité économique pré-Covid. Tandis que les indicateurs de l’activité des entreprises se sont détériorés depuis la mi-2023 (les firmes opérant à seulement 56% de leur capacité en septembre, soit une diminution de 16 points par rapport à mars), les ménages ont vu leur revenus baisser (40% d’entre eux auraient reporté une diminution de revenus par rapport à l’année précédente) et le coût de la vie encore augmenter, en particulier l’inflation alimentaire, sous le poids notamment de la dépréciation du Kyat et des effets de l’intensification du conflit sur les transports de marchandises. Pour 2024/25, la Banque mondiale prévoit une légère amélioration de la situation, avec un taux de croissance anticipée à 2%.

 

Le régime militaire birman, à court d’argent, a exigé que les expatriés de Birmanie présentent des certificats de décharge fiscale lors du renouvellement de leur passeport dans les ambassades de Birmanie. Les expatriés de Birmanie, qui paient déjà l’impôt sur le revenu aux gouvernements des pays dans lesquels ils travaillent, ont été invités à verser au régime, à partir d’octobre, une taxe de 2 % sur leurs revenus mensuels. L’ambassade de Birmanie à Singapour, contrôlée par la junte, a annoncé le 11 décembre qu’elle n’accepterait pas les demandes de renouvellement si les demandeurs n’avaient pas payé l’impôt sur le revenu. L’ambassade de Bangkok a adressé le même message aux expatriés en Thaïlande le 13 décembre. La Thaïlande compte au moins deux millions de travailleurs migrants de Birmanie en situation régulière. Leur revenu mensuel de base est de 7 500 bahts, ce qui signifie que chacun devra payer 150 bahts par mois, assurant ainsi à la junte 300 millions de bahts provenant des seuls expatriés en Thaïlande.

 

Société/Répression/Conflit

 

Dans ce que les médias de la junte ont présenté comme un acte de bravoure, Min Aung Hlaing s’est finalement rendu dans la capitale de l’État de Shan, dans le nord du pays. Il s’est rendu à Lashio un mois et 14 jours après que son armée a commencé à subir des défaites successives dans la région. Il a rencontré des personnes déplacées à l’intérieur du pays et des soldats blessés. La dernière visite de Min Aung Hlaing à Lashio remonte à septembre, un mois avant le lancement de l’opération 1027 par l’Alliance de la Fraternité.

 

Le régime de Birmanie a libéré des soldats emprisonnés pour qu’ils servent sur la ligne de front, selon des sources pénitentiaires. Environ 200 soldats de grade sergent ou inférieur ont été libérés de la prison d’Insein, 17 d’un camp de travail agricole dans la région de Rangoun, environ 150 de la prison d’Obo et 16 de la prison de Myingyan dans la région de Mandalay, plus de 40 de la prison de Pyay, 17 de Paungde et 62 de la prison de Taungoo dans la région de Bago, 17 de la prison de Kale et 30 de la prison de Shwebo dans la région de Sagaing, et plus de 100 de la prison de Sittwe dans l’État de Rakhine depuis le 7 décembre. Le régime est confronté à une grave pénurie de personnel et, le 3 décembre, une amnistie a été offerte aux déserteurs pour qu’ils retournent dans les casernes.

 

L’armée de l’Arakan (AA) affirme avoir saisi 142 positions de la Birmanie dans 15 des 17 cantons de l’État de Rakhine et dans le canton de Paletwa de l’État voisin de Chin. Elle a déclaré jeudi 14 décembre qu’au cours de 45 jours d’attaques, des cibles majeures, dont une base dans la capitale de l’État, Sittwe, et des avant-postes dans 14 autres cantons de l’État de Rakhine, avaient été saisies, ainsi qu’environ 17 positions dans le canton de Paletwa. Le 13 décembre, des affrontements ont éclaté avec l’armée de l’air près de la pagode Koe Thaung, dans le canton de Mrauk U. La junte aurait subi de lourdes pertes, qui ont été suivies de frappes aériennes du régime.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

1 COMMENTAIRE

  1. BIRMANIE : Quel pays ! Y a-t-il un espoir qu’il s’en sorte enfin ?
    Merci pour toutes vos infos …claires, qui me semblent (depuis la France), exhaustives et sans trop de parti pris.
    Signé: une vieille prof de birman (INALCO).
    MHC.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus