Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil BIRMANIE – GUERRE CIVILE : L’Ukraine est en feu…mais la Birmanie aussi

BIRMANIE – GUERRE CIVILE : L’Ukraine est en feu…mais la Birmanie aussi

Journaliste : Rédaction Date de publication : 20/03/2022
0

Birmanie soldat

 

Gavroche reprend ici un article du site Khaosod, dont nous vous recommandons la lecture sur leur site en Anglais. 

 

Alors que la guerre de la Russie en Ukraine domine l’attention mondiale, l’armée birmane cible les civils dans des attaques aériennes et terrestres d’une ampleur inégalée dans le pays depuis la Seconde Guerre mondiale, selon un travailleur humanitaire de longue date qui a passé près de trois mois dans une zone de combat dans la nation d’Asie du Sud-Est.

 

David Eubank, directeur des Free Burma Rangers, une organisation d’aide humanitaire, a déclaré à l’Associated Press que les avions à réaction et les hélicoptères de l’armée lançaient des attaques fréquentes dans les zones de l’est de la Birmanie où lui et ses volontaires opèrent, apportant une aide médicale et alimentaire aux civils pris dans le conflit.

 

Les forces terrestres tirent également des coups d’artillerie – sans discernement, selon lui – ce qui oblige des milliers de personnes à fuir leurs maisons.

 

Les vidéos tournées par les membres de son groupe contiennent des images rares de frappes aériennes répétées de l’aviation militaire birmane dans l’État de Kayah – également connu sous le nom d’État de Karenni – causant la mort de plusieurs civils.

 

Un analyste de Human Rights Watch, basé à New York, a déclaré que ces attaques aériennes constituaient des “crimes de guerre”.

 

L’armée de la Birmanie a pris le pouvoir l’année dernière, renversant le gouvernement démocratiquement élu d’Aung San Suu Kyi. Après que les forces de sécurité ont violemment réprimé les grandes manifestations pacifiques organisées dans les rues pour s’opposer à cette prise de pouvoir, des milliers de personnes ont formé des milices, appelées “Forces de défense du peuple”, pour riposter.

 

Nombre d’entre elles sont vaguement alliées à des groupes armés de minorités ethniques bien établis – tels que les Karenni, les Karen et les Kachin – qui combattent le gouvernement central depuis plus d’un demi-siècle, en quête d’une plus grande autonomie dans les régions frontalières.

 

Malgré une supériorité écrasante en nombre et en armement, les militaires n’ont pas réussi à écraser ce mouvement de résistance populaire. L’armée a maintenant intensifié ses attaques, profitant des conditions sèches de l’été.

 

Eubank a décrit les combats qu’il a vus comme étant probablement les pires en Birmanie depuis la Seconde Guerre mondiale, lorsque le pays était une colonie britannique encore appelée Birmanie et largement occupée par les Japonais.

 

Il y a eu des combats sérieux mais sporadiques dans l’État de Kachin, dans le nord de la Birmanie, pendant quelques années, a-t-il dit, “mais ce que j’ai vu au Karenni, je ne l’avais jamais vu en Birmanie auparavant”.

 

“Des frappes aériennes, pas comme une ou deux par jour comme dans l’État Karen, mais comme deux MiG arrivant l’un après l’autre, ces chasseurs Yak, c’était l’un après l’autre”, a déclaré Eubank. “Des hélicoptères de combat Hind, ces avions russes, et puis juste apporté des centaines de cartouches de mortier de 120 mm. Juste boom, boom, boom, boom.”

 

La Russie un fournisseur important pour la guerre

 

La Russie est l’un des principaux fournisseurs d’armes à l’armée birmane, et maintient ses livraisons alors que de nombreuses autres nations ont maintenu un embargo depuis la prise du pouvoir par l’armée afin de promouvoir la paix et le retour à un régime démocratique.

 

Eubank sait de quoi il parle. Il a été officier des forces spéciales et des Rangers de l’armée américaine avant de fonder, en 1997, avec quelques dirigeants de minorités ethniques de la Birmanie, le groupe Free Burma Rangers. Deux de ses membres ont été tués dans l’État de Kayah depuis fin février : l’un dans une frappe aérienne, l’autre dans un barrage de mortier.

 

Les images de drone tournées par le groupe montrent l’impact de l’offensive de l’armée sur les colonies karenni, avec des bâtiments en feu et une épaisse fumée flottant dans le ciel.

 

Dans un rapport publié le 24 février par le journal d’État Myanma Alinn Daily, l’armée a reconnu avoir eu recours à des frappes aériennes et à l’artillerie lourde pour éliminer ce qu’elle a appelé des “groupes terroristes” près de Loikaw, la capitale de l’État.

 

Au fur et à mesure que les pertes s’accumulent, les gens doivent se débrouiller pour sauver leur vie, se recroquevillant dans des abris souterrains rudimentaires surmontés de bambous. Le 23 février, un raid aérien nocturne qui a frappé le nord-ouest de Loikaw a fait deux morts et trois blessés parmi les villageois et a détruit plusieurs bâtiments.

 

“Ce sont des crimes de guerre”, a déclaré à l’AP Manny Maung, chercheur sur la Birmanie pour Human Rights Watch. “Ces attaques de l’armée contre des civils, des bâtiments civils, des meurtres de civils, des bâtiments publics comme des bâtiments religieux, oui, ce ne sont rien de moins que des crimes de guerre qui se produisent en ce moment dans cette zone particulière, et ce parce qu’ils ciblent indistinctement les civils.”

 

Tout comme à Kayah, l’armée frappe actuellement fort à Sagaing, dans le centre supérieur de la Birmanie, brûlant des villages et s’engageant lourdement contre des unités de milice mal armées.

 

Selon l’agence des Nations unies pour les réfugiés, 52 000 personnes ont fui leur domicile au cours de la dernière semaine de février. Elle estime à un peu plus d’un demi-million le nombre total de personnes déplacées à l’intérieur du pays depuis la prise du pouvoir par les militaires. Le nombre de victimes n’est pas clair, étant donné le contrôle du gouvernement sur la région.

 

Remerciements à Michel Prevot

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus