test
Home Accueil CAMBODGE – POLITIQUE : 38 ans de pouvoir pour Hun Sen, mais sans démocratie à l’horizon

CAMBODGE – POLITIQUE : 38 ans de pouvoir pour Hun Sen, mais sans démocratie à l’horizon

Journaliste : Rédaction Date de publication : 16/01/2023
0

Hun Sen Cambodge

 

Des parlementaires d’Asie du Sud-Est dénoncent comme une atteinte directe à la démocratie les menaces de violences physiques et de poursuites judiciaires proférées par le Premier ministre cambodgien, Hun Sen, à l’encontre de quiconque ose critiquer son parti, le Parti du peuple cambodgien (PPC) au pouvoir, avant les élections générales prévues en juillet de cette année.

 

Selon les médias, Hun Sen a averti l’opposition que si quelqu’un exprime des critiques contre le PCC, « il n’y a que deux options : l’une utilise des poursuites judiciaires, l’autre utilise des bâtons…. Que voulez-vous? Soit vous faites face à une action en justice, soit je rassemble les gens du PPC pour une manifestation et je vous bats les gars.

 

« Les menaces de violence physique, en particulier de la part d’un homme qui dirige son pays depuis près de quatre décennies et l’a transformé en dictature, devraient donner des frissons dans le dos à quiconque croit en la démocratie. Hun Sen et son régime ont une longue histoire de silence, de harcèlement et de persécution de l’opposition, et ses menaces sont tout à fait cohérentes avec cela. Il devrait être dénoncé sans réserve pour avoir érodé les institutions démocratiques au Cambodge », a déclaré Mercy Barends, membre de la Chambre des représentants indonésienne et membre du conseil d’administration des parlementaires de l’ASEAN pour les droits de l’homme (APHR).

 

Le régime de Hun Sen s’est progressivement consolidé au fil des ans. Le principal parti d’opposition, et le seul qui a posé un défi à l’hégémonie du PPC, le Parti de sauvetage national du Cambodge (CNRP), a été arbitrairement dissous en 2017. Cela a ouvert la voie au PPC pour remporter les 125 sièges au parlement lors des élections nationales. tenue l’année suivante, transformant le Cambodge en un État à parti unique de facto étroitement contrôlé par Hun Sen, au pouvoir depuis 1985, et ses alliés.

 

Le PPC a utilisé le système judiciaire comme outil pour persécuter et emprisonner les membres de l’opposition. Des dizaines de dirigeants et de membres du CNRP ont été accusés de trahison et condamnés dans des procès fantaisistes, dont l’ancien président du parti, Sam Rainsy, et son vice-président et membre du conseil d’administration de l’APHR, Mu Sochua, tous deux en exil. Le chef de l’opposition à l’intérieur du pays, Kem Sokha, a été emprisonné en 2017, puis libéré en 2019, mais il n’est pas autorisé à quitter le Cambodge ni à se livrer à des activités politiques, et est accusé de trahison dans une affaire qui traîne en longueur. pendant des années.

 

« Dans le Cambodge contemporain, la justice n’est qu’un instrument parmi d’autres mis au service de Hun Sen et de ses acolytes pour cimenter leur pouvoir, et la séparation des pouvoirs, l’un des principaux piliers de la démocratie, n’existe tout simplement pas. En menaçant de poursuites judiciaires contre ses détracteurs dans le même souffle qu’il menace d’agressions physiques par ses partisans, Hun Sen explique très clairement comment il voit les deux : comme des laquais dont la seule raison d’être est de faire ce qu’il veut », a déclaré l’indonésien Mercy Barends.

 

Actuellement, le principal parti d’opposition opérant à l’intérieur du pays est le Candlelight Party, qui a réussi à obtenir plus de 22 % des voix lors des élections communales et Sangkat tenues en juin 2022, malgré une campagne d’intimidation lancée par le gouvernement pendant la campagne.

 

Pourtant, le harcèlement ne se limite pas aux politiciens, car des militants des droits de l’homme, des journalistes ou des dirigeants syndicaux ont également été persécutés par le régime. L’un des cas les plus importants est celui de l’avocat cambodgien-américain Theary Seng, qui a été condamné en juin 2022 à six ans de prison pour avoir critiqué Hun Sen sur Facebook, avec des dizaines d’autres. Entre-temps, la dirigeante syndicale Chhim Sithar a été arrêtée en novembre pour avoir prétendument enfreint les conditions de sa libération sous caution.

 

« À l’approche des élections générales au Cambodge, l’ASEAN et la communauté mondiale dans son ensemble ne doivent pas être dupes en leur faisant croire qu’il peut s’agir d’un processus démocratique dans les conditions qui prévalent actuellement dans le pays. Ils devraient faire pression sur le gouvernement cambodgien pour qu’il libère inconditionnellement tous les prisonniers politiques, arrête sa campagne de harcèlement contre l’opposition et respecte les termes de l’accord de paix de Paris, signé en 1991 et conçu pour mettre le pays sur une voie démocratique, ” a ajouté l’élu indonésien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus