test
Home Accueil THAÏLANDE – CHRONIQUE : Pays du sourire, sourires d’enfants

THAÏLANDE – CHRONIQUE : Pays du sourire, sourires d’enfants

Journaliste : Patrick Chesneau Date de publication : 16/01/2023
0

Enfants Thaïlandais

 

Une chronique siamoise de Patrick Chesneau : Au pays des sourires qui fleurissent, les enfants s’épanouissent

 

Ce samedi 14 janvier, en Thaïlande, rires, chansons, farandoles, découvertes en tous genres et bruyantes exultations. Voilà le menu. C’est la Journée Nationale des Enfants. National Children’s Day. Wan Dek.

 

Aujourd’hui, ILS ont tous les droits…ou presque. Et nous avons le devoir de les rendre heureux. Ils….les enfants.

 

En cette fête de l’innocence encore préservée et de la candeur miraculeusement sauvegardée, l’attention se porte donc prioritairement sur les tout-jeunes. Ils commencent à peine à arpenter le monde mais le dévisagent déjà de leurs yeux insatiables. Jusqu’à plus soif, ils le boivent pour y croire. C’est donc à cela que ressemble le monde ? Premières interrogations auxquelles l’amour inextinguible de Po Mè, Papa et Maman permet de répondre dans l’urgence. Avec spontanéité mais de façon toujours trop empirique. Ainsi pousse la vie, cahin caha, en tentant d’atteindre malgré tout cet état que l’on appelle l’harmonie.

 

A vrai dire, il faut se dépêcher. Le propre d’un nouvel arrivant dans la grande famille de l’humanité est qu’il affiche d”emblée un taux de croissance quasi exponentiel.

 

Stupéfiant. Soyons prosaïques. Les petits ne le restent jamais très longtemps. Cette phrase à peine écrite, le bambin est déjà un gamin. On le voit grandir à vue d’œil. Au plaisir et conjointement, au grand dam de leurs parents qui doivent constamment renouveler la garde robe de leur progéniture. Même les uniformes pour aller à l’école sont rattrapés par des mensurations en trop rapide expansion. Les budgets familiaux, toujours trop étriqués suivent à grand peine. Désolation pécuniaire mais dans les foyers du plus beau des Royaumes, la joie est inépuisable. En Thaïlande, on voue une dévotion illimitée aux enfants. Un culte qui répond à la pulsion de vie originelle. Il y a des millions de raisons de les chérir sans relâche.

 

Sur un plan collectif, garçonnets et fillettes d’aujourd’hui incarnent les fondations de la future société siamoise. Déjà en cours d’édification. Bouillonnante et inventive. Ils auront à conjuguer leurs forces pour réussir la symbiose parfaite entre la perpétuation farouche de la tradition séculaire et l’affirmation résolue de la modernité hyper connectée. Patrimoine à préserver et conquête du futur dans ce coin d’Asie en fulgurante évolution.

 

Tout cela sous l’égide de la ” thainess ” qui assure le continuum culturel et identitaire entre les générations.

 

Pour l’heure, foin de prospective stratégique. Le triomphe du jour s’énonce en termes de joie. Jouer, s’amuser, s’émerveiller, exulter. Récré non stop ce 14 janvier pour tous les gamins du Pays du sourire. Depuis l’aube de ce jour qui appartient en propre aux plus jeunes, les parents, eux, ont un rôle non moins éminent. Chaque adulte a une occasion rêvée. Aller à la rencontre d’un enfant espiègle et pétillant. L’aider. Le guider. Le protéger. Être un tuteur-référent-initiateur-éducateur-accompagnateur. Un moniteur de vie. Un encadrant avisé, complice et facétieux. Participer à l’avènement d’un monde, tous fuseaux horaires confondus, qui soit plus gratifiant et autrement plus compatissant. Que chacun devienne un transmetteur de bonheur.

Chères grandes personnes, les enfants vous remercient par anticipation, eux dont l’imagination est débordante. Et la propension au rêve, illimitée. Ils s’en souviendront quand ils seront grands. Vous aurez donc contribué, même de façon infinitésimale, à la propagation d’un monde meilleur.

 

Patrick Chesneau

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus