Free Porn
xbporn
Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Cialis
Cialis Fiyat
deneme bonusu
padişahbet
padişahbet
padişahbet
deneme bonusu 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet untertitelporno porno 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet سایت شرط بندی معتبر 1xbet وان ایکس بت pov leccata di figa
best porn 2025
homemade porn 2026
mi masturbo guardando una ragazza
estimare cost apartament precisă online
blonde babe fucked - bigassmonster
Home Accueil THAÏLANDE – CULTURE : La rappeuse Milli : « Je ne représente pas la Thaïness, je représente ce que je suis en tant que Thaïlandaise »

THAÏLANDE – CULTURE : La rappeuse Milli : « Je ne représente pas la Thaïness, je représente ce que je suis en tant que Thaïlandaise »

Journaliste : Rédaction Date de publication : 04/06/2022
0

Milli rappeuse Thaïlande

 

Gavroche aime les artistes et vous restitue l’interview de la rappeuse thaïlandaise Milli au NME (New Musical Express), référence britannique incontournable. Milli a reçu un hommage international pour sa prestation récente au festival de Coachella en Californie. Nous vous avons relaté dans ces colonnes l’épisode où elle a dégusté sur scène le fameux dessert mango-sticky rice dont le Premier ministre Prayut a voulu instrumentaliser le buzz en en faisant un outil de softpower.

 

En démolissant les stéréotypes thaïlandais et en mangeant du riz gluant à la mangue sur scène à Coachella, Milli est devenue une sensation virale. La rappeuse de 19 ans s’ouvre à NME sur son moment de gloire, son ambivalence envers l’étiquette “soft power” et l’avancement de son premier album.

 

« Comprenez bien une chose : je ne suis pas montée sur un éléphant ! À peine une minute après ses débuts à Coachella, la rappeuse Milli avait déjà remis les pendules à l’heure concernant l’un des stéréotypes les plus répandus sur sa Thaïlande natale. Mais elle n’avait pas fini. Dans un déluge de mesures haletantes, elle a lancé des pointes sournoises sur la corruption et le sous-développement par le biais d’observations précises sur les lampadaires et les trains “vintage” de Thaïlande, avant de conclure par une attaque contre ses dirigeants : “Le pays est bon, les gens sont bons, notre nourriture est bonne mais le gouvernement est bood (pourri) ».

 

Milli a terminé son set de quatre chansons sur une bonne note avec le titre exclusif du festival “Mango Sticky Rice” – et ce moment extrêmement viral où elle a mangé dans un bol de ce dessert thaïlandais emblématique sur scène. C’est ainsi que la rappeuse de 19 ans, née Danupha Khanatheerakul, est devenue la première artiste thaïlandaise à se produire en solo à Coachella, sur la scène principale aux côtés de poids lourds comme Hikaru Utada, Rich Brian et Jackson Wang, dans le cadre du showcase “Head In The Clouds Forever” de 88 rising.

 

Comment cela s’est-il passé ?

 

“J’avais déjà collaboré avec 88rising sur quelques projets différents”, raconte Milli. “Un jour, ils m’ont contacté et m’ont demandé si j’étais intéressé pour faire partie de leur spectacle à Coachella cette année. Dès que j’ai entendu cela, je me suis dit : “Attends, ils me font une blague ?” se souvient l’artiste en riant, faisant mine de s’arracher les cheveux d’incrédulité. “Même après qu’ils m’aient assuré que ce n’était pas le cas, j’étais encore hésitante parce que j’avais l’impression de ne pas mériter d’être sur une scène aussi grande” : Ayant fait irruption sur la scène avec son premier single “Pak Gon” au début de 2020, juste avant que la pandémie ne frappe, elle n’avait guère eu l’occasion de se produire devant un public, et encore moins sur une scène d’une telle ampleur. Comme elle le dit elle-même : J’ai eu l’impression que [Coachella] n’était pas du tout à ma portée étant donné mon inexpérience en tant qu’artiste. Je suis une fan de Doja Cat et penser que je me produirais dans le même festival qu’elle était absurde. Allez, je ne suis personne !

 

“Réalisant l’opportunité rare et unique qui m’était offerte, j’ai dit oui. Je veux dire, je devais le faire ! Qui sait quand une telle opportunité se présentera à nouveau. Et puis, ce ne serait pas cool de pouvoir dire à mes futurs enfants que leur maman s’est produite à Coachella ?”.

 

Vu la façon dont Milli a dominé la scène avec toute la classe et la finesse d’une professionnelle chevronnée, personne n’aurait pensé que celle qui se décrit comme une débutante n’a fait ses débuts dans le secteur qu’il y a quelques années. Comment s’est-elle préparée à cette performance désormais emblématique ?

 

“J’y suis allée avec l’idée de faire de mon mieux. Il y a eu beaucoup de répétitions avant le spectacle et même si on m’a dit que je n’étais pas obligée de me présenter à toutes, je l’ai fait quand même parce que je voulais m’assurer qu’il n’y avait pas de place pour les erreurs”, explique-t-elle. “Lorsque je suis sortie de scène, j’ai même dit à l’un des membres de mon équipe que j’étais heureuse de la façon dont le spectacle s’était déroulé. Je ne regrettais rien, même si je savais qu’il y avait des choses que j’aurais pu mieux faire.”

 

Sur les médias sociaux, ses fans semblaient également ravis. Des mèmes ont rempli la sphère des médias sociaux thaïlandais. Le hashtag #khanonieomamuang (“riz gluant à la mangue”) est rapidement devenu un sujet tendance parmi les utilisateurs de Twitter. Dans les 24 heures qui ont suivi le spectacle, les ventes du dessert auraient plus que triplé, incitant le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha à envisager d’inscrire le riz gluant à la mangue au patrimoine culturel de l’UNESCO – moins d’un an après avoir porté plainte pour diffamation contre Milli en raison de ses commentaires sur la gestion de la pandémie de COVID-19 par son administration.

 

>Les politiciens ont vanté le soft power de sa performance – et du riz gluant à la mangue – mais l’expression et les implications de son set à Coachella n’avaient jamais traversé l’esprit de Milli. “L’idée de la chanson est apparue lors d’une de nos réunions en ligne avec 88rising. Ils voulaient que nous fassions un morceau qui représente la Thaïlande, alors nous avons choisi le riz gluant à la mangue, qui est mon dessert préféré. Le riz gluant symbolise également le lien entre moi et ma famille, car nous sommes toujours solidaires”, explique-t-elle.

 

“Lorsque j’ai lancé l’idée d’en manger pendant mon spectacle, ils ont d’abord cru que je plaisantais. Puis ils m’ont dit : “C’est ton propre spectacle, fais ce que tu veux”.

 

Milli confie qu’elle se sent un peu mal à l’aise d’être propulsée dans le rôle d’ambassadrice culturelle.

 

“Quand vous regardez les brochures de voyage de la Thaïlande, c’est toujours soit des statues géantes, des temples ou des marchés flottants. Je ne suis pas ici pour représenter la “thaïness” conventionnelle ; je suis ici pour représenter ce que je suis en tant que Thaïlandaise”, affirme-t-elle. “Il y a d’autres aspects de la culture thaïlandaise qui sont souvent négligés et je veux m’assurer que ma musique en reflète l’essence.”

 

Cette mission informe le prochain single de Milli, qu’elle a diffusé lors de sa performance le deuxième week-end de Coachella. “Il est basé sur ces séances de danse aérobique communautaire que l’on voit partout en Thaïlande. Les rythmes sur lesquels les gens dansent sont à peu près un genre à part entière”, explique-t-elle.

“Même s’il s’inspire de la chose la plus ordinaire qui soit, il y a un message d’amour de soi derrière. Je veux encourager les femmes qui ont été blessées dans leurs relations à se débarrasser de leur tristesse et à commencer à prendre soin d’elles-mêmes.”

 

Milli révèle également que le single figurera sur son premier album aux côtés du titre ’17 mins’ de 2022 et de ‘Not Yet’ de l’année dernière. “Je mets encore la touche finale à mon album, mais j’espère qu’il sortira d’ici la fin de l’année. Je le dis maintenant pour que ce soit dans l’univers comme une sorte de promesse à mes fans et une pression pour moi-même.”

 

Alors, quelle est la prochaine étape pour la rappeuse qui a présenté son pays et sa culture à l’un des plus grands festivals de musique du monde ? Eh bien, pour commencer, elle va retourner à l’école. Milli va finalement retourner à l’université Assumption de Bangkok pour ses premiers cours sur place en deux ans afin de poursuivre un diplôme en musique.

 

“Ce matin, je me suis demandé pourquoi je me sentais si fatiguée tout d’un coup. C’est parce que je retourne à l’école !”, lâche-t-elle en roulant les yeux. “Quand j’étais aux États-Unis, j’étais super détendue. Oui, j’étais là pour me produire au festival et tout, mais c’était la seule chose sur laquelle je devais concentrer toute mon attention et mon énergie. Quand je suis revenu en Thaïlande, il y a beaucoup de choses auxquelles je dois penser.”

 

C’est un rappel brutal que Milli, star montante du rap, n’est finalement qu’une adolescente confrontée à une montée en puissance “écrasante” de sa carrière. Mais, comme elle le souligne, elle a beaucoup d’amour et de soutien de la part de sa famille, de ses amis et de sa maison de disques YUPP ! – sans oublier ses milliers de fans, qu’il s’agisse d’enfants du jour de “Pak Gon” ou de convertis à Coachella. “Je suis sûre que je me débrouillerai très bien.”

 

Collaboration: Philippe Bergues

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus