Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Cialis
Cialis Fiyat
deneme bonusu
padişahbet
padişahbet
padişahbet
Home Accueil THAÏLANDE – HISTOIRE: Quand le roi Chulalongkorn découvrait la Tour Eiffel…

THAÏLANDE – HISTOIRE: Quand le roi Chulalongkorn découvrait la Tour Eiffel…

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : 05/11/2020
0

La situation politique en Thaïlande est toujours l’occasion de remarques acerbes des observateurs européens. Comment le royaume peut il voir les crises se succéder ? Il y a un siècle, le monarque thaïlandais Chulalongkorn découvrait lui, en 1907, une Europe en pleines convulsions. Mais avec la Tour Eiffel en point d’orgue…

 

Nous publions ici des extraits du voyage en Europe du roi Chulalongkorn en 1907, grâce à l’autorisation du ministère thaïlandais de la culture

 

Chulalongkorn : « Loin des siens », Épisode 5

 

Ma chère fille,

 

Ce matin, le temps était couvert et brumeux. Le projet de monter en haut de la Tour Eiffel est donc resté un projet parce que nous avons craint de ne pas pouvoir profiter de la vue. Nous avons changé de programme pour aller aux Magasins du Louvre que l’on appelle ainsi, comme le Palais, parce qu’ils sont situés juste en face. C’est une construction en forme de quadrilatère, comme le bâtiment Yuthanathikarn, mais plus petite et avec une toiture centrale reliant les quatre parties. Le rezde- chaussée est dévolu aux divers rayons pour femme, vêtements et accessoires divers.

 

Quatre étages

 

Outre le rez-de-chaussée, il y a quatre étages(1). Pour monter, j’ai emprunté des tapis roulants en tissu(2), en plusieurs paliers, comme ceux dont je vous ai déjà parlé pour le Casino de Monte- Carlo, mais je suis redescendu par l’ascenseur. Je ne vais pas m’étendre longuement sur le magasin, parce qu’il ressemble au Kaufhaus(3) de Berlin, sauf qu’à Berlin, les marchandises sont mieux présentées, plus belles et de meilleure qualité.

 

Le Kaufhaus est aussi beaucoup plus grand. C’est un établissement neuf qui a profité de l’exemple des anciens en éliminant les mauvais points pour ne garder que les meilleurs. Le magasin du Louvre lui ne tuera pas les petites boutiques, car, même s’il est vrai que ses marchandises ne sont pas chères, elles ne sont pas de très bonne qualité; si l’on cherche cette qualité, il reste préférable d’acheter dans les petits magasins. Tandis qu’au Kaufhaus, les produits sont à la fois de bonne qualité et meilleur marché que dans les petits commerces. Le profit se fait sur la quantité des ventes. Se déplacer pour se rendre dans les petites boutiques implique dépense supplémentaire et perte de temps, alors qu’au Kaufhaus on trouve tout ce qu’on veut dans un seul et même endroit, c’est plus pratique et c’est pour cela que les gens vont dans les grands magasins.

 

Les vendeurs du Louvre

 

D’autre part, les méthodes de vente sont différentes. Au Kaufhaus, l’équipe travaille en symbiose et le personnel est plus nombreux. Ainsi, quand nous y somme allés, le magasin a empêché le public de s’attrouper autour de nous et nous a protégés en formant un barrage ; les employés nous ont emmenés voir les marchandises et ils faisaient chorus en permanence pour nous inciter à l’achat. Au Louvre, on met un vendeur personnel à la disposition de l’acheteur, mais celui-ci ne doit pas s’adresser à d’autres vendeurs, ce qui m’a semblé donner lieu à quelques frictions entre eux.

 

Je n’ai pas acheté grand-chose, je voulais plutôt voir le fonctionnement et l’aménagement du magasin. J’ai fait la visite complète avant de partir, ce qui a pris pas mal de temps et j’en avais mal aux jambes. En revenant du magasin, le temps était clair et ensoleillé. Comme la Tour Eiffel, qu’on appelle Eiffel Tower en anglais, se trouvait sur notre chemin, nous avons saisi l’occasion de la visiter. Les petites habitations au pied des piliers ont disparu, il ne reste qu’un jardin avec des pièces d’eau, très joliment réussi. Au moment où nous sommes passés, il y avait peu de monde, donc pas d’encombrement. Pour accéder au premier étage, on prend un ascenseur qui monte en biais comme celui qu’on utilise pour faire glisser nos cercueils en forme d’urnes(4) sur le socle à cinq gradins. Au premier, on trouve des boutiques et des jeux.

 

Boutiques de jeux

 

On reprend un ascenseur pour monter au deuxième étage, où il y a encore des boutiques et des jeux, comme au premier. Pour le troisième, qui est l’étage situé au sommet de la partie verticale, on prend un ascenseur qui s’élève tout droit ; cependant le trajet se fait en en deux temps, on change de cabine au milieu. Au troisième, il y a encore et toujours des boutiques et des jeux, mais il y en plus un parapet vitré qui protège du vent à cause de l’altitude. Au moment où nous prenions le premier ascenseur pour le troisième, il s’est mis à pleuvoir, nous ne sommes donc pas montés jusqu’en haut, où j’étais déjà allé la dernière fois. Je me souviens que ce parcours faisait cent vingt mètres, et qu’au sommet, cela oscillait légèrement. Si je repense à mon passage au sommet de la montagne de Grotli(5) qui s’élevait à plus de mille mètres, et si je taille en imagination cette montagne pour lui donner la forme d’une tour du même genre, une terrible sensation de vertige me creuse les entrailles! La seule vue des ouvriers en train de faire les peintures dans la Tour m’a paru terrifiante, j’en avais les jambes coupées!

 

Dans les boutiques, on vend divers objets, tous ornés de l’image de la Tour, boîtes d’allumettes, cendriers, tasses, crayons, cuillères etc. Elle est là aussi sur des cartes postales, qui peuvent être expédiées sur place, ou bien elle est découpée en papier noir, ou encore brodée sur un mouchoir. A part les boutiques, on trouve un caférestaurant, avec quelques plats à manger, qui m’a paru cette fois-ci moins animé qu’auparavant. Rien de très intéressant en somme. Quant aux jeux, il existe des dispositifs divers qu’on actionne après avoir inséré de la petite monnaie. Il y a des courses de chevaux par exemple, où chacun met sa pièce et tourne une manivelle pour faire avancer son cheval. Celui qui arrive en premier récupère sa mise, les autres non, on ne peut que perdre son argent ou être remboursé, on ne gagne rien. Il y a aussi des courses de bateaux, divers appareils pour la bonne aventure, et des machines où l’on paie pour essayer d’attraper quelque babiole enfermée à l’intérieur, comme dans les fêtes de pagode.

 

Le spectacle de Paris

 

Ce qui est magnifique quand on monte dans cette Tour, c’est le spectacle de Paris qu’on peut admirer tout entier, aussi loin que porte la vue. La visite complète, montée et descente, nous a pris une bonne heure, car il fallait prendre le temps de marcher un peu pour regarder et aussi faire la queue pour les ascenseurs qui ne passaient que toutes les dix minutes. Nous sommes revenus pour déjeuner à la Légation. Le Professeur Core* est venu me voir. C’est ce professeur qui a aidé Phraya Suriya à monter l’exposition de Philadelphie et cette fois-ci il a préparé celle de Saint Louis. C’est une vieille connaissance, il y a toujours eu une bonne entente entre lui et nous, et quand Phra Rattanayabti* est rentré et a su que je n’allais pas jusqu’aux États-Unis, il a fait la traversée pour venir me voir ici. C’est un homme très sympathique. Il ne ressemble pas du tout à ce qu’on imagine en entendant parler de lui avant de le voir, et je ne suis pas le seul à le dire.
Dans l’après-midi, nous avons pris une voiture pour aller à Sèvres, où l’on fabrique la vaisselle de porcelaine. Sèvres se trouve en dehors de Paris, et il a fallu s’arrêter en quittant le bois de Boulogne pour qu’un employé vérifie le niveau de l’essence, car celle-ci fait l’objet d’une taxe supplémentaire à l’intérieur de la capitale et se vend moins cher dès qu’on en a franchi la limite. Cependant, pour la voiture de papa, il n’y a pas eu de vérification, car j’avais le document nécessaire.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus