Free Porn
xbporn
Free Porn





manotobet

takbet
betcart




betboro

megapari
mahbet
betforward


1xbet
teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Ankara Escort
1xbet
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com

1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
1xbet-1xir.com
betforward
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co

betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
betforward.com.co
deneme bonusu veren bahis siteleri
deneme bonusu
casino slot siteleri/a>
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Deneme bonusu veren siteler
Cialis
Cialis Fiyat
deneme bonusu
padişahbet
padişahbet
padişahbet
deneme bonusu 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet untertitelporno porno 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet وان ایکس بت 1xbet 1xbet سایت شرط بندی معتبر 1xbet وان ایکس بت pov leccata di figa
best porn 2025
homemade porn 2026
mi masturbo guardando una ragazza
estimare cost apartament precisă online
blonde babe fucked - bigassmonster
Home Accueil MALAISIE – POLITIQUE : Assiste-t-on à la fin de l’omnipotent parti UMNO ?

MALAISIE – POLITIQUE : Assiste-t-on à la fin de l’omnipotent parti UMNO ?

Journaliste : Rédaction Date de publication : 30/01/2023
0

UMNO Malaisie

 

Une analyse du site d’information anglophone Asia Sentinel.

 

La tourmente au sein de l’Organisation nationale malaise unie (UMNO), le plus ancien et autrefois le plus puissant parti politique de Malaisie, a atteint son paroxysme le 20 janvier lorsqu’une réunion spéciale du Conseil suprême de l’UMNO a limogé Khairy Jamaluddin (photo), autrefois l’étoile montante du parti, pour avoir tenté de mener une insurrection du parti, ainsi que le chef de la division de Selangor, Nor Omar, et a suspendu quatre autres membres pour six ans. Certains analystes politiques prédisent que le parti pourrait tout simplement imploser.

 

Les licenciements et les suspensions – de l’ancien ministre de la défense Hishammuddin Hussein, de Shahril Sufian Hamdan, de Maulizan Bujang et de Salim Sharif – sont intervenus après que Khairy, le gendre de l’ancien Premier ministre Abdullah Ahmad Badawi, a annoncé qu’il allait défier le président de l’UMNO Ahmad Zahid Hamidi pour son poste en mai. Bien qu’il ait été acclamé en tant que ministre de la santé pour avoir pris en charge et dirigé la campagne de lutte contre le coronavirus Covid-19, il était en mauvaise odeur au sein du parti pour son ambition jugée démesurée et ses tentatives d’élargir l’attrait du parti au-delà de sa base ethnique malaise à d’autres minorités. Il a été contraint de défendre – avec succès – un nouveau siège parlementaire contre une figure populaire de l’opposition lors des dernières élections.

 

Début janvier, Zahid, mis en examen pour corruption, a manœuvré lors du congrès du parti pour suspendre les élections aux deux postes les plus élevés du parti afin que lui et son adjoint Mohamed Hasan puissent continuer à diriger le parti pendant deux années supplémentaires. La suspension des élections pour les deux postes les plus élevés a suscité une profonde indignation parmi les membres de la base du parti, qui auraient quitté le parti en masse. Il y a maintenant un certain consensus sur le fait que l’UMNO a complètement perdu son chemin.

 

Depuis sa création en 1946, le parti est indissociable de l’identité malaise et a remporté toutes les élections jusqu’en 2018, date à laquelle il s’est enlisé dans une corruption irrémédiable.

 

L’UMNO a bel et bien perdu cette position, d’autres alternatives offrant un clone de nationalisme malais presque identique, notamment le Parti islamiste rural Se-Malaysia (PAS), dirigé par Abdul Hadi Awang, et le Parti Pribumi Bersatu Malaysia de l’ancien Premier ministre Muhyiddin Yassin. L’hypothèse est que Khairy et ses alliés sortants pourraient rejoindre le parti de Muhyiddin, ce qui conférerait une légitimité supplémentaire à la coalition mais lui coûterait le soutien personnel des non-Malais qu’il a tenté de cultiver en tant que figure interculturelle.

 

Les frasques de Zahid en suspendant les élections ont détruit tout semblant de soutien au parti qui lui restait. Il a purgé à grands frais la plupart des dirigeants qui s’opposaient à lui lors des dernières élections générales, notamment en remplaçant le seigneur de guerre de Perlis, Shahidan Kassim, dans la liste électorale, ce qui a coûté à l’UMNO tout l’État.

 

L’UMNO n’a remporté que 26 sièges lors des dernières élections générales, sa pire performance en 77 ans d’histoire. L’aura de la corruption de Zahid, qui fait face à 47 chefs d’accusation de blanchiment d’argent et d’abus de confiance criminel pour avoir prétendument pillé 31 millions de RM appartenant à la fondation caritative Yayasan Akalbudi qu’il a créée, a coûté cher à l’UMNO. En outre, le faiseur de roi et collecteur de fonds du parti, l’ancien premier ministre Najib Razak, a déjà été emprisonné pendant 12 ans pour corruption. D’autres hauts responsables de l’UMNO sont poursuivis en justice pour corruption. Immédiatement après les dernières élections générales, des appels ont été lancés en faveur de la démission de Zahid, qu’il a évitée en scellant un gouvernement de pseudo-unité avec la coalition Pakatan Harapan d’Anwar Ibrahim, ce qui lui a valu un regain de popularité et une réputation d’homme indispensable d’Anwar.

 

Néanmoins, la suppression par Zahid de l’opposition au sein du parti a fait de lui un handicap majeur. Avec cinq élections d’État prévues au cours des prochains mois, certains proches de l’administration Anwar pensent que même Selangor risque de passer à la coalition Perikatan Nasional de Muhyuddin. De nombreux députés de Pakatan Harapan craignent de ne pas pouvoir conserver leur siège. Leur relation avec une UMNO dirigée par Zahid, avec son bagage, est un handicap inquiétant.

 

Le dilemme d’Anwar

 

Une source très bien placée a déclaré qu’Anwar pourrait être prêt à laisser Zahid au poste de vice-premier ministre, malgré le rôle essentiel de ce dernier dans la construction de l’architecture politique qui a permis à la coalition d’Anwar de prendre le pouvoir après novembre. De nombreux avocats de Kuala Lumpur pensent que Zahid n’aura pas autant de chance cette fois-ci. Il fait face à 47 accusations d’abus de confiance criminel pour avoir prétendument pillé 31 millions de RM appartenant à la fondation caritative Yayasan Akalbudi, qu’il a fondée.

 

Anwar subit d’immenses pressions pour interférer dans l’affaire, ce à quoi il semble avoir résisté jusqu’à présent, malgré un report suspect de l’affaire Zahid jusqu’en mai. Ses collaborateurs affirment qu’il est déterminé à ne pas utiliser son influence politique pour entraver le procès et qu’il a le soutien des adversaires de Zahid au sein de l’UMNO, notamment des députés qui ont proposé de soutenir Anwar en tant que Premier ministre pour cette législature.

 

L’avenir de l’UMNO est désormais entre les mains d’Anwar Ibrahim. Anwar peut laisser l’UMNO imploser et accepter les députés UMNO actuels dans le Pakatan Harapan, ou permettre la renaissance d’un nouvel UMNO.

 

Remerciements à Michel Prévot

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus