Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil SINGAPOUR – ÉDUCATION : Entre l’université singapourienne et Yale, aux États-Unis, rien ne va plus

SINGAPOUR – ÉDUCATION : Entre l’université singapourienne et Yale, aux États-Unis, rien ne va plus

Date de publication : 01/09/2021
0

L’expérience de dix ans en matière d’éducation libérale entre Singapour et l’université américaine Yale est sur le point de prendre fin, selon une déclaration de Tan Eng Chye, président de l’université nationale de Singapour. Le jumelage de Yale et de la NUS sera absorbé dans un nouveau Collège interdisciplinaire des sciences humaines lancé en décembre dernier et qui admettra ses premiers étudiants à la rentrée 2022-2023. Le vaste campus prévu ne portera plus le nom de Yale.

 

L’expérience de coopération Singapour-Yale prendra fin dans quatre ans, selon l’université. Ce qui permettra aux étudiants actuellement inscrits de terminer leur formation de premier cycle sous le prestigieux nom de Yale. Selon la déclaration du président du NUS, Yale continuera à donner des conseils sur le développement du New College provisoirement nommé, mais il renoncera à son rôle de gouvernance. Aucune nouvelle classe d’étudiants ne sera admise.

 

La collaboration avait été annoncée pour la première fois en 2011, raconte le site Asia Sentinel. Peu de temps après que Yale-NUS ait admis ses premiers étudiants, le Premier ministre singapourien Lee Hsien Loong, lors de l’inauguration du nouveau campus, a déclaré à l’assistance que la collaboration entre les deux “ne peut pas être une copie conforme de Yale aux États-Unis si elle veut réussir. Au contraire, elle doit expérimenter et adapter le modèle de Yale à l’Asie”.

 

Activisme et débat politique

 

Cela a suscité de nombreuses inquiétudes quant au fait que l’activisme et le débat politiques seraient strictement limités, comme c’est le cas dans la nation insulaire elle-même, où les journalistes indépendants sont régulièrement poursuivis et harcelés et où l’opposition politique a toujours été traquée, ruinée et diffamée. La collaboration entre Yale et NUS a fait l’objet de critiques virulentes de la part de la faculté de Yale aux États-Unis, qui, dans une résolution, a exprimé son inquiétude “concernant l’histoire récente du manque de respect des droits civils et politiques dans l’État de Singapour” et a exhorté Yale-NUS à protéger les idéaux qui se trouvent “au cœur de l’enseignement des arts libéraux ainsi que de notre sens civique en tant que citoyens [et] qui ne devraient pas être compromis dans toute transaction ou négociation avec les autorités singapouriennes”.

 

En 2019, ces préoccupations semblaient justifiées lorsque le Yale-NUS College of Liberal Arts a annulé un cours sur la dissidence qui aurait permis aux étudiants d’entrer en contact avec la poignée d’activistes, de journalistes indépendants et d’artistes qui constituent la minuscule communauté d’opposition étroitement surveillée dans cette nation au régime étroit.

 

“Dialogue et dissidence”

 

Le cours, intitulé “Dialogue et dissidence”, devait être dirigé par un membre de la faculté et dramaturge, Alfian Sa’at, dans le cadre de ce qui était appelé le programme Learning Across Boundaries. Mais peu de temps après son annonce, le collège a annoncé que le cours avait été supprimé.

 

Tan Tai Yong, alors directeur de l’école, a déclaré que le cours “ne s’engage pas de manière critique dans l’éventail des perspectives requises pour un examen académique approprié des questions politiques, sociales et éthiques qui entourent la dissidence. La raison fondamentale pour laquelle nous avons pris cette décision est l’atténuation des risques, en particulier pour les étudiants étrangers, qui pourraient perdre leur carte d’étudiant pour s’être engagés dans une activité politique.”

 

Pericles Lewis, vice-président de Yale pour la stratégie mondiale et premier président de Yale-NUS, a déclaré dans un communiqué qu’une révision du partenariat en 2025 avait été prévue dans l’accord initial, signé en 2011. C’est la décision de la NUS de mettre fin au collège commun d’arts libéraux à Singapour, a-t-il dit, et de l’absorber dans un collège d’honneur, une étape que Lewis a qualifiée de “douce-amère”.

 

Remerciements à Michel Prévot

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus