test
Home Accueil THAÏLANDE – ÉCONOMIE : Le royaume repousse les limites budgétaires pour financer le portefeuille numérique

THAÏLANDE – ÉCONOMIE : Le royaume repousse les limites budgétaires pour financer le portefeuille numérique

Date de publication : 31/05/2024
0

 

Le gouvernement thaïlandais a donné son feu vert à un déficit budgétaire supplémentaire de 112 milliards de bahts pour l’exercice fiscal 2023/24 (qui se termine en octobre 2024), portant ainsi le déficit total de l’année à 805 milliards de bahts, soit 4,3 % du PIB. Cette augmentation vise principalement à financer le programme de portefeuille numérique de 500 milliards de bahts du gouvernement.

 

Le financement du portefeuille numérique sera assuré par l’augmentation du déficit budgétaire pour l’exercice 2024/25, soit 152,7 milliards de bahts, ainsi que par le budget inutilisé de l’exercice 2023/24, qui s’élève à 175 milliards de bahts, et par les dépenses quasi budgétaires de la BAAC, totalisant 172,3 milliards de bahts. En outre, le gouvernement prévoit de réduire le budget de réserve central de 53 milliards de bahts pour compenser une partie de ce nouveau déficit.

 

Ces mesures augmentent les besoins de financement du gouvernement et rapprochent la dette publique de la limite auto-imposée de 70 % du PIB. Le gouvernement prévoit que la dette publique atteindra 69 % d’ici 2027. De plus, les déficits projetés pour 2023/24 et 2024/25 dépassent déjà la limite d’emprunt fixée par la loi sur la gestion de la dette.

 

L’augmentation des déficits accroît la vulnérabilité de la Thaïlande aux chocs économiques, en particulier aux baisses de croissance du PIB nominal. Bien que la viabilité budgétaire ne soit pas immédiatement menacée, les investisseurs pourraient s’inquiéter si le gouvernement ne met pas en place un assainissement budgétaire crédible et des politiques de croissance.

 

La Thaïlande est confrontée à des défis budgétaires structurels importants, notamment un ratio recettes fiscales/PIB faible et en baisse (14 % du PIB en 2023) et un secteur informel important. Ces problèmes sont aggravés par le vieillissement de la population, ce qui pèsera sur les recettes fiscales et augmentera les dépenses publiques.

 

Sans des réformes fiscales substantielles, des réformes du secteur public et des réformes structurelles visant à stimuler la croissance, le gouvernement thaïlandais risque de se heurter à des choix budgétaires de plus en plus difficiles à l’avenir.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus