Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet teen sex
porn
djav
best porn 2025
porn 2026
brunette banged
Home Thaïlande Société THAILANDE – SOCIETE: Ces adolescentes qui refusent la coupe de cheveux «scolaire»

THAILANDE – SOCIETE: Ces adolescentes qui refusent la coupe de cheveux «scolaire»

Journaliste : Redaction
La source : Gavroche
Date de publication : 09/07/2020
0

Nous avions déjà, dans les colonnes de Gavroche, repris le témoignage d’une jeune femme thaïlandaise publié par le site alternatif Thisrupt.co dont nous vous recommandons la lecture. Cette fois, cette plate-forme d’information donne la parole aux jeunes filles ayant décidé de lutter contre la coupe de cheveux scolaires obligatoire dans les écoles du royaume. Pas question pour elles d’accepter une chevelure bien dégagée au-dessus du lobe de leurs oreilles. L’une d’entre elles raconte pourquoi, et ce qu’elle endure comme critiques et remarques désagréables.

 

Benjamaporn Nivas, ou Ploy, a 15 ans. Elle fréquente une école publique à Bangkok et a fait de la lutte contre la coupe de cheveux sa mission. Le site alternatif thaïlandais Thisrupt.co lui a donné récemment la parole.

 

Les médias sociaux connaissent bien ses différentes formes de protestation. Récemment, cette adolescente résolue s’est assise sur une chaise près de la BTS Siam, les mains attachées derrière le dos et du ruban adhésif couvrant sa bouche.

 

Un panneau accroché autour de son cou indiquait “Cette étudiante viole une règle de l’école en portant ses cheveux longs avec une frange. Vous pouvez la punir”.

 

Sur ses genoux se trouvait une paire de ciseaux pour que les passants lui coupent les cheveux.

 

Elle a commis un acte similaire en ville ces derniers mois et fait face à de nombreuses réactions en ligne. Les médias sociaux l’ont traitée de pute et lui ont dit de devenir la maîtresse d’un homme riche. Des gens l’ont également accusée d’avoir joué dans un film porno.

 

Le 3 juillet, elle s’est rendue avec un groupe d’amis au ministère de l’éducation pour présenter une lettre demandant l’abandon de la règle de la coupe de cheveux.

 

Que ressentez-vous à l’idée d’être traitée de “salope” et de “pute” ?

 

Je lis et je vois tous les commentaires, et je ne ressens rien pour ces personnes. Je n’ai pas besoin d’apprécier leurs commentaires. J’écoute et je prends tous les commentaires, qu’ils soient négatifs ou positifs. Mais certains ne sont pas constructifs, et je n’ai pas besoin d’y prêter attention.

 

Pourquoi essayez-vous de lutter contre la règle de la coupe de cheveux ?

 

Les étudiants sont obligés de nous couper les cheveux contre notre volonté, c’est une violation de nos droits, et cela doit cesser. C’est pour cela que je suis ici ; pour me battre pour mes droits. Les cheveux font partie de mon corps, et personne d’autre que moi ne devrait avoir le pouvoir de décider ce que j’en fais.

 

Pensez-vous que la coiffure a quelque chose à voir avec la capacité d’apprendre ?

 

Pas du tout. La coiffure que je porte n’a pas d’importance. Cela n’affecte pas mes études. La qualité de mes notes n’a rien à voir avec mes cheveux. Il s’agit plutôt de l’enseignement des professeurs, de leur capacité à enseigner. Les cheveux n’ont rien à voir avec cela.

 

Que pensent votre famille et vos amis de votre militantisme ?

 

Les gens qui m’entourent me soutiennent. Mais certains professeurs et quelques membres de ma famille m’ont averti de ne pas être trop agressive.

 

Qu’est-ce que vous étudiez ?

 

J’étudie les langues.

 

Que voulez-vous faire quand vous serez grand ?

 

C’est une question difficile [rires]. Je n’en suis pas encore sûr, mais j’aimerais être tout ce qui me permettra de faire avancer ce pays.

 

Chaque semaine, recevez Gavroche Hebdo. Inscrivez vous en cliquant ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus