Free Porn manotobet takbet betcart betboro megapari mahbet betforward 1xbet
Home Accueil BIRMANIE – POLITIQUE: Derrière les généraux birmans, des fusils et beaucoup de dollars

BIRMANIE – POLITIQUE: Derrière les généraux birmans, des fusils et beaucoup de dollars

Journaliste : Rédaction
La source : Gavroche
Date de publication : 17/03/2021
1

Des cartes SIM à la bière, en passant par les mines de jade, rares sont les secteurs de l’économie birmanes qui échappent au bras long de l’armée, la Tatmadaw. Après le coup d’État mené par le généralissime Min Aung Hlaing le 1er février dernier, qui a mis fin à dix ans d’expérience démocratique, les intérêts commerciaux tentaculaires et très lucratifs de l’armée sont assurés de prospérer.

Les États-Unis ont déjà annoncé des sanctions financières pour empêcher l’armée de puiser dans les milliards de dollars déposés aux États-Unis, ainsi que des mesures ciblées contre certains généraux, dont Min Aung Hlaing, qui s’ajoutent aux mesures imposées après la répression de 2017 qui a provoqué l’exode de plus de 740 000 Rohingyas, majoritairement musulmans, vers le Bangladesh voisin.

En se lançant dans les affaires, les militaires ont pu acquérir un contrôle monopolistique sur des secteurs clés de l’économie”, estime Justice for Myanmar, un groupe d’activistes, dans une réponse électronique à des questions. “Pendant la période de la LND, les entreprises des militaires leur ont donné du pouvoir et ont permis leur campagne de génocide, de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité. Les militaires sont en mesure d’utiliser les fonds provenant des entreprises pour soutenir les unités militaires, y compris celles qui commettent des crimes atroces, et cela signifie qu’ils ne dépendaient pas de l’allocation du budget de la défense par le Parlement.

Les militaires ont commencé à s’impliquer dans les affaires lorsque l’ancien chef de l’Etat Ne Win a entrepris de nationaliser l’économie dans le cadre de sa “voie birmane vers le socialisme”, à la suite du coup d’État de 1962.

En abandonnant l’économie planifiée, les militaires ont commencé à entretenir une forme de capitalisme de connivence, les généraux et les officiers supérieurs étant en mesure d’obtenir un accès préférentiel à de nombreux secteurs de l’économie, y compris certaines des industries les plus lucratives du pays. Dans certaines régions, les entreprises militaires et leurs filiales étaient les seules autorisées à opérer.

Ventes d’actifs en 2011

Le processus s’est accéléré avec les ventes d’actifs de 2011, lorsque les généraux de haut rang et leurs familles ont pu profiter de l’ouverture de l’économie pour s’assurer le contrôle de certains des principaux actifs de la Birmanie.

“C’est vraiment l’élite et les copains d’affaires qui bénéficient de ce vol massif des ressources de l’État”, estime un expert. “Les soldats de base n’en profitent pas et, de toute évidence, les gens ordinaires souffrent parce que l’argent qui devrait être consacré à la santé et à l’éducation sert plutôt à acheter des équipements militaires.”

«Une boite noire»

Si les intérêts commerciaux des forces armées restent en grande partie une “boîte noire” selon Clare Hammond, chercheur sur la Birmanie basé à Londres pour Global Witness, des rapports récents et des fuites de documents ont révélé plus de détails sur deux conglomérats géants qui sont la clé de leur richesse – Myanmar Economic Holdings Ltd (MEHL) et Myanmar Economic Corporation (MEC).

L’armée contrôle les vastes ressources naturelles du Myanmar, notamment le bois, les pierres précieuses et le jade. Le ministère de la Défense a créé la MEHL en avril 1990 pour “assurer le bien-être économique des soldats, des anciens combattants et du peuple birman, ainsi que pour soutenir le développement économique de l’État”.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus